Lucas Mahias imprime sa marque parmi l’élite du Supersport mondial.

Lucas Mahias, champion de France Supersport en titre avec 12 victoires en 12 courses, et ayant participé plusieurs fois en Grand Prix Moto2 (avec la Mistral de Tech3 et avec la TransFiormers de Christian Boudinot), est engagé en tant que Wild Card lors de la dernière manche du championnat du monde Supersport, à Magny Cours ce week-end.

Une opportunité de se jauger avec l’élite mondiale, rendue possible grâce à Martial Garcia, le boss de MG Compétition, qui a géré l’affaire de A à Z, techniquement et financièrement.

L’homme de Contamines sur Arve, avec un passé conséquent en Supersport mondial, connaît son affaire et, si rien n’a été laissé au hasard, la recette n’en paraît pas moins assez simple, du moins à énoncer; un bon pilote, une bonne moto, un team compétent, des partenaires impliqués et quelques tests sur la piste de Magny-Cours.

Recette peut-être simple mais sans nul doute efficace, au vu de cette première journée d’essais libres puisque Lucas Mahias y termine en  3ème position, une place aussi belle qu’inhabituelle pour un Wild Card en mondial!
Nous avons interrogé le pilote et son team manager sur les facettes de cette participation.  

Lucas, pour le grand public, peux-tu expliquer pourquoi, après la première séance, tu figures déjà directement en haut de la liste des temps, alors que nous sommes en championnat du monde ?
Lucas Mahias : « pour moi, ce n’est pas une surprise. Je pense que j’ai déjà assez montré que je pouvais aller vite sur une moto et je trouve ça dommage de devoir encore prouver, prouver, de dire que je suis là, tout ça parce que je n’ai pas signé une année entière. Je pense que j’ai ma place ici, je l’ai montré en Moto2, je l’ai montré  ici. Bien sûr, ce n’est que la première séance et je suis assez rapide pour me mettre dans le rythme, donc je pense que c’est aussi pour cela que je suis devant. Mais j’ai pu encore progresser sur mes chronos du championnat de France et des tests qu’on a pu faire ici, donc pour l’instant, c’est de bon augure ».

Tu as un objectif pour la qualification ?
Lucas Mahias : « Je n’y pense pas. Mon objectif, c’est surtout de progresser sur la moto et comprendre des choses. J’ai compris encore beaucoup de choses ce matin, sur ma façon de piloter donc on va continuer comme ça. On n’a pas passé de pneu neuf ce matin. Avec un pneu, ça devrait déjà aller un peu mieux, mais point de vue moto, pour l’instant, il n’y a rien à dire ; c’est à moi de travailler encore sur mon pilotage. »

Tu as des pistes pour l’année prochaine ?
Lucas Mahias : « Non, et c’est pour ça que je dis que c’est dommage que je doive encore prouver des choses et qu’on me dise « on verra après ce week-end ».  Donc je fais encore faire de mon mieux et on verra après ce week-end. Comme d’habitude. »

On peut espérer que tu signes quelque chose pour l’année prochaine mais, dans ce cas, comment s’intégreraient les 8 wild cards de Christian Boudinot en Grand Prix ?
Lucas Mahias : « Ca c’est pareil. Les wild cards de Christian, ce sont encore des projets. Tout est en projet. Je ne peux pas me bloquer en disant « non, je ne vais pas faire du mondial Supersport ou autre chose parce que j’ai les projets de Christian ».  Les projets de Christian, on les avait déjà l’année dernière, en faisant beaucoup de wild cards en championnat d’Europe mais, malheureusement, il n’a pas pu trouver l’argent. Avec Christian, on reste sur les positions qu’on a prises depuis le début, c’est-à-dire que quand il y a moyen de rouler, on roule, et quand il n’y a pas moyen, on ne roule pas. Je n’ai pas peur de faire des courses et d’aller rouler là-bas donc si mon calendrier me le permet, j’irais faire des wild cards en Grand Prix. Dans tous les cas, on a pu voir ces dernières années que plus je fais de la moto, plus je vais vite, donc c’est à mettre dans a balance aussi. »

Martial Garcia, pourquoi cette Wild Card et quelles sont vos ambitions lors de ce week-end ?
Martial Garcia : « cette Wild Card est le cadeau que je fais à Lucas Mahias pour le remercier de la splendide saison qu’il a faite, durant laquelle je vous rappelle qu’il a gagné toutes les courses et le titre de champion de France. En attendant que son horizon se dessine, je l’ai donc engagé en Supersport en pensant qu’en roulant à domicile, il serait capable de faire un beau résultat, comme un Top5 pendant les qualifications. »

Est-ce une course ponctuelle ou y a-t-il des enjeux derrière ?
Martial Garcia : « c’est une course ponctuelle mais il y a forcément des enjeux derrière parce que, imaginons qu’il fasse un très bon résultat, plus personne ne pourra ignorer qui est Lucas Mahias, et sa place serait alors en Mondial. Nous l’avons accompagné en championnat de France et j’espère ne pas le perdre et le suivre, mais si ça devait être le cas, je lui dit bonne chance.»

Souhaitons donc bonne chance à Lucas Mahias et à Martial Garcia pour dimanche, en espérant que le premier réussisse à faire lever au moins un sourcil aux teams managers Moto2 ou Supersport.

La course sera diffusée dimanche, en direct sur Eurosport à partir de 11h30.

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Rejoignez-nous sur Twitter

 

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de