Moto3 : tout reste à faire avant le Japon

Alors que débutera dans quelques heures la 15eme épreuve de la saison à Motegi, la Moto3 est la seule catégorie de GP à avoir changé de leader depuis le début de la saison. Et à vrai dire, il y a des chances pour qu’elle reste la seule cette année.

La chute de Jack Miller en Aragon, alors en pleine explication avec Alex Marquez, a donc coûté à l’Australien la première place au classement provisoire qu’il occupait depuis la manche d’ouverture au Qatar. Considéré comme un fait de course, le contact entre les 2 hommes n’entraînera aucune sanction à l’encontre du pilote Monlau.

Trois pilotes ont encore des chances crédibles de succéder à Maverick Vinales au palmarès de la Moto3 : Alex Marquez (qui mène le championnat du monde pour la première fois de sa carrière), Jack Miller avec 11 points de retard, et enfin Alex Rins, à 18 points de son coéquipier et compatriote. Quant à Romano Fenati, sa victoire en Aragon le positionne à 41 points du leader, ce qui signifie que bien qu’encore « titrable », l’italien n’a plus son destin entre ses mains.

En se référant uniquement aux chiffres, Alex Marquez se dégage comme le favori pour la fin de saison. Tout d’abord parce que même si son avance est minime, elle constitue toujours un avantage sur ses rivaux. Ensuite, parce que l’espagnol reste le pilote le plus efficace depuis la reprise du championnat à Indianapolis, juste devant son coéquipier Alex Rins. Sans collecter la moindre victoire jusque-là dans la 2ème moitié de saison, Marquez a engrangé 83 points sur 125 possibles, soit 2 de plus que Rins, flamboyant à Silverstone puis à Misano, mais moins régulier que son colocataire de chez Monlau. Le chiffre inquiétant pour KTM, c’est le nombre de points ramenés sur la même période par Jack Miller, qui se limite à 53. Même Fenati a fait mieux avec 55 unités.

Malgré les dénégations du responsable de l’équipe officielle, Aki Ajo, KTM doit gérer avec parcimonie les blocs moteurs de l’Australien. Les ressorts de soupapes, talon d’Achille de la machine autrichienne cette saison, empêche Miller de bénéficier de toute la puissance que son moteur peut délivrer. En Aragon, sur l’ensemble du week-end, Jack Miller figure en 31eme position au classement des vitesses de pointe. Obligé de prendre des risques sur les freinages et en courbe, le pilote KTM a payé le prix fort lors de la dernière épreuve en date.

Par conséquent, le plus dangereux rival d’Alex Marquez pourrait bien être son coéquipier. Avec 18 points de retard, Alex Rins n’a besoin d’aucune circonstance particulière pour remporter le titre. Il lui « suffirait » de remporter les 4 dernières courses pour décrocher la couronne qui lui a filé entre les doigts fin 2013. Le plus gros risque, c’est que compte tenu de la situation, Emilio Alzamora soit tenté de figer les positions entre ses 2 disciples. Espérons qu’il ait eu autre chose à faire que de regarder le spectacle affligeant du SBK à Magny Cours.

Côté français, la tournée outre-mer doit permettre à Alexis Masbou de se relancer. Depuis sa victoire à Brno, l’osmose entre l’albigeois et la sympathique équipe CBC Corse s’est sensiblement délitée. Masbou a envie d’un nouveau challenge, il ira le relever au RTG. Le temps d’encaisser la nouvelle, son team-manager Mirko Cecchini s’est assuré les services de Niccolo Antonelli et a signé un accord avec Jules Danilo. Les 2 partis ayant désormais une vision claire de leur avenir, Alexis Masbou peut maintenant essayer de combler les 14 points de retard qu’il accuse encore sur Efren Vazquez pour intégrer le top 5 au classement final. Auréolé de ses premiers points encaissés en Aragon, et dopé par l’idée de monter la saison prochaine sur une Honda, Jules Danilo peut rouler libéré et voir encore plus haut.

Une fois n’est pas coutume, la lutte au classement des constructeurs sera intéressante à suivre. Après avoir été rejoint par Honda suite à la victoire de Rins à Misano, KTM a repris l’avantage grâce au succès inattendu de Fenati. Les  colosses de la Moto3 ne sont séparés que de 5 points. Derrière, le bras de fer des pseudonymes est également engagé entre Mahindra (dont les machines ne sont rien d’autre que des Suter) et Husqvarna (qui court avec des KTM grimées en machines suédoises). A 4 épreuves du terme, Mahindra dispose de 20 points d’avance mais connaissant le goût de Dani Kent pour les épreuves outre-mer, la messe n’est pas encore dite.

Tous ces enjeux, du plus important au plus obsolète, restant soumis aux bonnes grâces de la nature et avec un typhon qui approche à grands pas de l’archipel nippon, les données pourraient être largement chamboulées…

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Rejoignez-nous sur Twitter

 

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de