Au Motegi il a été question de drapeau blanc et du gazon maudit

En marge des séances d’essais libres, les pilotes s’en sont allés discuter avec les responsables d’une Commission de Sécurité sensibilisée depuis Aragon à deux sujets. D’une part celui d’un gazon artificiel égayant visuellement les bords de piste mais particulièrement dangereux lorsqu’il s’humidifie et que l’on a le malheur d’effleurer au guidon d’une moto. Puis celui d’un drapeau blanc autorisant les changements de machines lorsque le ciel tombe sur la tête des pilotes en pleine compétition. Au bilan, si le gazon est classé maudit, le drapeau blanc, lui, n’a pas mis fin aux hostilités.

Dixit le Directeur général des événement pour la DORNA qui a livré la teneur des propos échangés. Ce dernier a d’ailleurs commencé avec un mea culpa au sujet de l’herbe synthétique : « c’est la Commission de Sécurité qui, il y a quelques années, avait demandé l’installation de ce gazon artificiel » reconnaît le responsable. « Nous avions été les premiers à demander le gazon artificiel mais nous avons maintenant réalisé que c’est très, très dangereux lorsque la piste est sèche mais que le gazon est mouillé. Nous allons donc progressivement le faire retirer des circuits, en commençant par les zones les plus dangereuses. » Des zones qui seront bitumées.

Faute avouée à moitié pardonnée donc. Reste le cas du drapeau blanc. Là, la conjoncture se fait plus complexe : « nous avons toujours dit que c’était la solution la moins mauvaise mais que si nous pouvions l’améliorer et que les pilotes pensaient qu’il puisse y avoir des changements positifs, nous le ferions. Nous sommes certains que le système du drapeau blanc, qui autorise le changement de moto, est le meilleur système que nous puissions avoir mais nous étudions aussi la possibilité d’imposer le changement à tout le monde si la piste devient trop mouillée. Nous ne sommes cependant pas certains que ce soit la bonne solution, nous devons d’abord étudier ces options et voir si nous pouvons élaborer un meilleur système que l’actuel. » Le choix restera donc celui du pilote. Qui n’est tout de même pas né de la dernière pluie.

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Rejoignez-nous sur Twitter

Source: motogp.com

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de

Facebook

Nouvelles Applications

Disponible sur Google Play
Disponible sur Apple App Store