Phillip Island, MotoGP, la course : Valentino Rossi consacre un triplé Yamaha

Pour arriver premier, il faut premièrement arriver. Un principe qu’il fallait bien avoir en tête dans ce Grand Prix d’Australie à rebondissements qui a offert beaucoup de tentations pour mieux engloutir ceux qui croyaient avoir la partie trop facile. A ce jeu, ce sont les pilotes au sang froid qui ont gagné la partie. A commencer par un Valentino Rossi qui a décliné à la perfection son plan de bataille annoncé après des qualifications pourtant décevantes.

Au terme de celles-ci, le « Doctor » avait annoncé que s’il arrivait à effacer l’ardoise de la troisième ligne dès le départ, il aurait les moyens de concrétiser. Ce qu’il a accompli sans coup férir. Rapidement troisième, il a montré à son équipier Jorge Lorenzo qu’il avait quelque chose en plus mais ce dernier n’a pas voulu s’en laisser compter. Dans un premier temps. Une lutte fratricide pour la place de second au championnat mais aussi en course puisque, devant, c’était Marc Marquez qui menait les débats.

Puis le tout frais champion du monde est parti à la faute ratant une fois encore l’opportunité d’une douzième victoire de la saison. Les deux Yamaha en tête, l’homme de Tavullia a haussé le ton, faisant exploser son binôme qui, d’un coup d’un seul, à lâcher prise. Visiblement en proie à des soucis techniques, et sans doute pneumatiques, « Por Fuera » s’est retrouvé dans le collimateur d’un détonnant et étonnant Cal Crutchlow, cravachant sa Ducati comme jamais. Une alerte rouge qui s’est vérifiée pour le Majorquin qui a dû baisser pavillon en vue de l’arrivée, n’espérant plus que garder sa place sur le podium en s’angoissant sur le retour de Pol Espargaro dans son sillage.

Certes, mais la fougue a fini par jouer des tours. Pol Espargaro est d’abord parti à la faute, laissant son équipier Bradley Smith s’occuper du cas Lorenzo. Puis ce dernier a été soulagé de constater, dans le dernier tour, la chute d’un Crutchlow qui, en une fraction de seconde est devenue le désespoir du team Ducati qui en avait déjà fait son héros. La marque italienne se consolera avec la quatrième place de son assurance vie Dovizioso tandis que les hommes d’Hervé Poncharal étaient heureux de retrouver le podium grâce à Smith.

Le top 5 est fermé par un Hector Barbera que l’on n’attendait pas plus à pareille fête. Mais Dani Pedrosa, englué dans le peloton, s’était fait accrocher en première partie de course par Iannone avant que, plus tard, Bradl ne coupe en deux Aleix Epargaro. Quatre hommes impliqués et autant d’abandons, le tout nous faisant un effectif de quatorze à l’arrivée. Ce qui permet au dernier, soit Mike Di Meglio, de marquer deux points au championnat. On notera, enfin, qu’avec le double abandon du HRC, le titre constructeur n’est pas encore joué. Ceci pour le plus grand plaisir de Yamaha qui enregistre, à Phillip Island, son quatrième succès consécutif. Enfin, avec cette 108ème victoire de carrière, Valentino Rossi se donne un espace de huit points sur son équipier pour le statut de vice-champion du monde, et de vingt cinq sur Dani Pedrosa.

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Rejoignez-nous sur Twitter

 

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de