A Phillip Island pour Crutchlow, ça passait, c'était beau

Mais hélas, pour l’Anglais, ça n’est pas passé. Il aura fallu une chute dans le dernier tour du Grand Prix d’Australie pour transformer la réalisation d’un rêve le plus fou en vécu d’un cauchemar le plus noir. Car avant de choir, l’ancien champion du monde de Supersport réalisait une prestation de toute beauté sur une simple Ducati GP14 qui avait été, jusque là, une compagne versatile. Au point que le divorce a déjà été prononcé en vue de la campagne 2015. Pourtant, les choses vont moins mal depuis la rentrée de la trêve estivale avec, notamment, un podium sous la pluie d’Aragon. Mais là, on était à Phillip Island, sur le sec, et la deuxième place était acquise après un rythme de course convaincant. Par quel miracle ? Un pneu avant asymétrique. Qui a aussi été le bourreau de Crutchlow !

Rappel des faits : ne voulant pas revivre la mésaventure de 2013, Bidgestone a amené à Phillip Island des gommes moins performantes mais plus résistantes. Avec une particularité : un pneu avant asymétrique. Ce dernier a été adopté par les Honda tandis que les Yamaha choisissaient un traditionnel composé dit « extra soft », exception faite de Pol Espargaro. Chez Ducati, on s’était prononcé pour l’asymétrique. Résultat ? Le Britannique a largement dominé son équipier mais c’est pourtant ce dernier qui verra l’arrivée à la quatrième place sur un tempo sans doute plus approprié. Crutchlow, alors flamboyant second, s’éteindra dans le dernier tour comme sont tombés avant lui Pol Espargaro et Marc Marquez.

Une donnée important car celui qui rejoindra le team LCR pour une Honda l’an prochain jure qu’il n’a fait aucune faute et que s’il tenait un bon rythme, c’était parce les neuf degrés perdus par la piste durant l’épreuve l’obligeaenit à garder son pneu avant à température : « je suis anéanti par cette chute dans le dernier tour qui ressemble à une erreur stupide » explique-t-il. « j’étais contraint de garder un rythme élevé car mon pneu avant n’était plus à température. La piste a perdu neuf degrés durant la course. Ralentir, c’était chuter à coup sûr. Beaucoup de pilotes ont chuté avec ce pneu. » Et pourtant, c’était le bon choix à faire : « j’étais très heureux de mon rythme et j’étais convaincu qu’un des pilotes devant moi allaient finir par craquer car ils rencontreraient des problèmes avec leur pneu avant extra-soft. Je l’avais testé et il s’était détruit après 17 tours. C’est pour ça que j’avais opté pour l’asymétrique. »

« Je ne sais pas ce qui s’est passé » regrette l’ancien de Tech3 en tentant d’analyser son abandon. « C’est comme si une bombe avait explosé lors de mon passage et que son souffle m’avait flanqué par terre. D’autres pilotes sont tombés au même endroit. Je ne crois pas que cette chute soit de ma faute. Je suis très déçu et d’abord pour l’équipe qui a travaillé si dur durant ce week-end. J’ai pris un mauvais départ et j’ai perdu sept places puis Iannone a bien manqué m’arracher la jambe ce qu’il a d’ailleurs renouvelé sur Pedrosa. Puis je suis remonté parmi les quatre premiers. J’étais confiant. Mais ce qui compte c’est le résultat à l’arrivée. » Cal Crutchlow pointe douzième au classement général du championnat avec 63 points. Il compte un podium avec la Ducati acquis à Aragon alors qu’en Australie il s’est inscrit pour la première fois sur la rangée de tête de la grille de départ avec elle.

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Rejoignez-nous sur Twitter


 

 

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de