Les réclamations du clan Marquez contre Miller et Kent ont été rejetées

Le Grand Prix de Malaisie de Moto3 s’est poursuivi après la ligne d’arrivée franchie du côté de Sepang. Du bitume noir de la piste, les débats ont été transférés sur le tapis vert d’une direction de course saisie par le team Estrella Galicia 0,0 d’Alex Marquez. Un entourage espagnol qui n’a que peu goûté à l’intensité du déroulé d’une course marquée par un duel à couteaux tirés entre son poulain et l’officiel KTM tandis que l’épilogue a révélé un Danny Kent particulièrement motivé pour s’inscrire à la quatrième place. A moins qu’il ne s’agissait, en fait, que de contenir le frère de qui vous savez à la cinquième…

Bref, et après la bisbille d’Aragon, l’ambiance était tendue et non feutrée dans les locaux des officiels. Mike Webb, juge parmi les juges en MotoGP a examiné les images, écouté les protagonistes et disséqué les données télémétriques pour conclure que le match avait été viril mais correct : « nous avons expertisé six manoeuvres de dépassement et quatre d’entre elles n’avaient pas matière à donner lieu à enquête. Lors de deux autres, il y a eu de légers contacts, mais nous avons tous convenus que rien n’était au-delà de la limite. Il y avait cependant beaucoup d’agressivité et j’ai prévenu Miller qu’il a joué avec les limites. » Mais pas franchi, comme Danny Kent n’a pas voulu bloquer le fer de lance Honda avec sa Husqvarna née KTM. Le Britannique, d’après les éléments recueillis, jouait simplement à la limite avec des pneus usés.

Bien. Emilio Alzamora n’a fait aucun commentaire pas plus qu’Alex Marquez. Le frère aîné Marc, quant à lui, en a glissé un : « j’ai une certaine expérience des convocations à la direction de course pour des contacts avec d’autres pilotes. Mais assisté à six contacts durant une seule course entre les deux mêmes pilotes, c’est quelque chose que je n’avais jamais vu auparavant. Miller était très agressif. Si la direction de course dit qu’il pouvait le faire, je pense que mon frère a le potentiel et la capacité de le faire aussi. »

Voilà, c’est dit, à Valence, pour l’explication finale, ce sera la guerre. Le dernier round du Moto3 se terminera par un K.O, un parallèle que l’Australien revenu à présent à onze points de l’Espagnol adoube : « ce sera l’épilogue d’un combat. Les gants ont été enlevés, c’est maintenant entre Marquez et moi pour le titre de champion du monde. Ce sera tout ou rien. Il ne pourra y avoir qu’un premier. » Accordons au futur pilote LCR-Honda en MotoGP le talent pour mettre l’ambiance. Et comme pour mettre de l’huile sur le feu, il aime à préciser sa version de la course malaise : « je mettais juste ma moto là où il voulait aller. Je n’ai jamais cherché à le percuter avec ma moto. Si telle avait été mon intention, il aurait suffi que je me laisse glisser une fois à la corde et il serait tombé. Je voulais au contraire une course propre en le mettant dans la difficulté et en mettant le plus de motos entre lui et moi à l’arrivée. »

Un dernier mot Jack ? « Comme vous le savez, avec les Marquez, il y a beaucoup de contacts sur la piste alors pour moi, c’est la course comme ils aiment. Ce n’est pas comme si j’avais voulu le toucher à tout prix. Il m’a touché plusieurs fois lui aussi mais à chaque fois il a dû s’écarter de la trajectoire ce qui me permettait de lui prendre l’intérieur. » On notera que Jack Miller a fait l’essentielle de l’épreuve au milieu de quatre Honda. Pour finir second coincé entre Vazquez et Rins. Enfin, KTM est à neuf longueurs derrière Honda pour le titre des constructeurs.

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Rejoignez-nous sur Twitter

Source: crash.net

Photo: Procycles (archive à des fins d’illustration, ne datant pas de ce Grand Prix, mais d’Austin ! )


 

 

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de

Facebook

Nouvelles Applications

Disponible sur Google Play
Disponible sur Apple App Store