A Sepang, le problème a d'abord été physique pour Jorge Lorenzo

Après son opportune victoire à Aragon suivie d’une véritable démonstration au Japon, Jorge Lorenzo avait toutes les raisons de croire qu’il avait mangé son pain noire. Finis les soucis de pneus, terminés les problèmes physiques. La place de second au championnat lui tendait les bras et serait un lot de consolation offert par un destin qui s’était joué de lui. Sauf que les histoires à la gomme ont resurgi à Phillip Island alors qu’à Sepang, c’est bien la forme qui n’était pas au beau fixe. Rien à voir avec le choix d’un pneu dur avant différent de celui de ses deux adversaires du jour. Non. Le souci du Malorquin était ailleurs.

C’est du moins la version de « Por Fuera » pour expliquer une troisième place au terme d’un éprouvant Grand Prix de Malaisie qui a eu raison de sa résistance : « je ne suis pas très heureux » a commentée celui qui est maintenant à douze points de la place de dauphin au championnat. « Les conditions étaient torrides durant tout le week-end, et surtout pendant la course. Peut être les plus chaudes que je n’ai jamais connues durant ma carrière. Aujourd’hui, vous deviez être au sommet de votre condition physique et je pense que ce n’était pas mon cas. Nous avions planifié un entraînement allégé et je suis arrivé fatigué. Nous avons commis une erreur et dès la mi-course, je n’étais pas dans de bonnes dispositions. J’ai commencé à perdre du terrain. »

« Marc et surtout Valentino ont été très bons car c’est très difficile ici de rester compétitif et de continuer à se battre jusqu’au bout. Ils ont réussi à progresser dans leur mise au point et il sera intéressant d’analyser comment ils ont pu faire ça car en ce qui me concerne, je ne pouvais pas faire mieux. Nous avions pris les pneus durs, nous avons aussi eu des soucis avec le réservoir sur lequel nous avons perdu des pièces si bien qu’à chaque freinage j’étais propulsé sur l’avant de la moto. Je n’ai pas de quoi être satisfait aujourd’hui. »

La préparation physique, la préparation de la moto, le choix du pneu avant et les évolutions de dernière minute trouvées par des adversaires enchantées, Jorge Lorenzo ne prend que sur lui pour ce qui reste une défaite. Le message est aussi à son environnement. A Valence, il faudra faire bien mieux pour ne pas voir resurgir les démons du début de saison.

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Rejoignez-nous sur Twitter


 

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de