Avec Jack Miller, le MotoGP, certains l'aiment show

Ce sera une interrogation à développer lorsque les lampions de cette saison se seront éteints. En 2015, le champion du monde du Moto2 2014 ne sera pas des rangs du MotoGP, pas plus, d’ailleurs, que son dauphin au classement général. Selon une logique du mérite, ces deux là, au moins, méritaient leur ticket pour l’élite. Mais ils redoubleront. Ils se disent même heureux de le faire puisque, ainsi, ils gagneront leur vie. La crise est donc si terrible ? Voire. Car pendant ce temps, un pilote de Moto3 qui reste encore à titrer a déjà assuré sa place au sommet dans le giron de Honda. Le MotoGP roulerait-il sur la tête ?

Dix pole-positions, sept victoires en une saison de Moto2 marquée par un titre mondial acquis avant terme n’assurent plus une ascension automatique en MotoGP. C’est ce que l’on retiendra de cette fin d’année en Grand Prix alors que tous les titrés dans cette catégorie  avaient jusque là eu droit de cité dans ce paddock. Alors, que reproche-t-on à Esteve Rabat alors que les Toni Elias, Stefan Bradl, Marc Marquez et autres Pol Espargaro sont passés sous les fourches caudines pour jouer avec les grands ? Intrinsèquement, rien. Si ce n’est peut-être, qu’en 2015, il aura déjà 25 ans.

A la place, on lui a préféré un talentueux Australien de 19 ans, Jack Miller qui va faire comme son compatriote Garry Mac Coy au siècle dernier, soit sauter de la plus petite catégorie des Grands Prix à la plus grosse en espérant faire aussi bien qu’un autre des siens Casey Stoner. D’ailleurs, il débutera dans la même écurie que lui, soit chez LCR, avec, aussi une Honda. Tout ça est-il bien raisonnable ? Tout dépend de la façon dont on voit le MotoGP.

Pour le patron de l’Irta Hervé Poncharal, l’arrivée de Jack Miller est d’abord une opportunité avant d’être une incongruité. Car elle fait parler de la catégorie et elle annonce une chaude ambiance. Le MotoGP, certains l’aiment show : « il y a maintenant plus de motos compétitives en MotoGP » explique le Français. « vous pouvez prendre des pilotes d’expérience, mais les bons pilotes disponibles ne sont pas légion. Les meilleurs pilotes du Moto2 comme Rabat et Kallio ne sont apparemment pas assez intéressants pour les équipes. Dans ce cas, il faut aller les chercher dans la plus petite catégorie. »

« Le MotoGP est un sport mais aussi un show. L’arrivée de Miller sera intéressante, pour lui comme pour le championnat. Il est important de faire de ce championnat un spectacle passionnant, parce que l’attention des médias sera là et ça fera des sponsors heureux. Donc, nous avons besoin de quelque chose de nouveau, parce que, toujours voir les mêmes pilotes sur les mêmes motos, ça peut être ennuyeux. » Une remarque qui ne s’applique évidemment pas à l’inoxydable numéro 46. Et puis le MotoGP a gardé tout de même un peu de discernement avec la montrée d’un certain Maverick Vinales. Un solide espoir de… 19 ans.

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Rejoignez-nous sur Twitter

Source: speedweek


Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de