Hector Barbera taille Kawasaki et remercie Ducati

Depuis cette finale ratée du WSBK à Losail, où elles ont eu la déception de vivre la défaite, tant dans la course au titre mondial des pilote que dans celle dévolue aux constructeurs, c’est l’enfer vert que vivent les troupes Kawasaki. Comme si le résultat brut ne suffisait pas, la marque se voit au centre d’une chamaille entre ses pilotes. Le géant vert a un pied à terre. Mais voilà que, contre toute attente, c’est un Hector Barbera revanchard qui s’invite pour donner le coup de grâce et gâcher définitivement cette saison 2014 qui s’annonçait pourtant si belle.

Car Hector a décidé de solder les comptes avec Kawasaki après trois années passées sur une moto à la partie-cycle Avintia Blusens, mais au moteur sorti de la ZX-10R de Superbike. Durant la dernière intersaison, marquée par l’émergence de la catégorie Open en lieu et place du CRT, il avait été ourdi que l’usine d’Akashi suivrait de près l’aventure, jusqu’à mettre son grain de sel de temps à autre. Dans une conjoncture marquée par les retours de Suzuki et d’Aprilia, l’idée avait du sens. Sauf que Barbera n’a rien vu venir : « l’objectif cette saison était que Kawasaki participe avec nous comme une sorte d’équipe officielle. Et nous devions avoir un soutien de l’usine et des développements venant de l’usine. Mais la réalité a été que, dès le départ, rien n’est venu de tout ça. On n’a eu aucun soutien. Les maigres développements obtenus sont venus d’Akira qui n’a rien à voir avec l’usine Kawasaki. Et comme elles étaient pires que l’origine, on a un perdu de notre motivation. »

Expertise de l’équipier d’un Mike Di Meglio pas mieux loti ? « Lorsque l’on s’est rendu à l’évidence, on a compris que l’on avait été floué. Moi, je me suis senti trompé. J’étais très déçu car finalement, c’est moi qui suis sur la moto. Tout ce qui nous a été promis ne s’est jamais réalisé. » Et il cite un cas concret : « par exemple, les suspensions Showa. On aurait dû avoir un ingénieur à nos côtés pour progresser et avoir des évolutions. Personne n’est venu et on a toujours fait avec le même matériel. »

Heureusement, tout ceci n’est plus qu’un mauvais souvenir et Barbera est heureux d’être passé du vert au rouge : « Gigi Dall’Igna m’a vu évoluer dans les autres catégories du temps d’Aprilia et le fait qu’il nous ait donné l’opportunité d’une Ducati prouve qu’il croit en notre potentiel. Le soutient de Carmelo Ezpeleta a aussi été déterminant, il a compris notre situation délicate. L’arrivée de Ducati nous a sauvé. »

Kawasaki avait officiellement quitté le MotoGP en 2008, un départ précipité qu’avait peu goûté la Dorna qui avait réussi à prolonger encore d’un an la vie de la moto d’Akashi sous le label Hayate. Pas sûr qu’avec ce nouveau malentendu la marque se soit jalonnée le chemin de la rédemption en Grand Prix.

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Rejoignez-nous sur Twitter

Source: crash.net


 

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de