Louis Rossi solde les comptes de 2014

En franchissant la ligne d’arrivée du GP de Valence à la 15ème place, Louis Rossi s’est offert un 18ème et dernier point cette saison. Le Sarthois, 26ème du championnat final 2014, tire avec nous les enseignements de cette dernière course et de l’ensemble de la saison avant de remonter dans les prochaines heures sur une Mistral préparée par sa nouvelle équipe, le Tasca Racing.

 

 

GP-Inside : Louis, un point de plus ramené de Valence pour finir la saison ?

Louis Rossi : « Honnêtement, je trouve que ce dernier point est presque dans la logique des choses parce que nous avons progressé tout au long des séances le week-end dernier. On a fait une qualification très correcte (15ème temps, NDLR) et ensuite en course j’espérais beaucoup mieux que la 15ème place mais on a eu des soucis avec le moteur. La moto était en difficulté sur les 2ème, 3ème et 4ème rapports, ce qui m’a empêché de me battre avec mes adversaires. C’est un peu dommage mais ce n’est pas très grave non plus car il n’y avait pas d’enjeu pour nous au championnat. Le plus important, c’est de finir avec un point de plus. J’aurais aimé montrer davantage que nous avions un niveau de performance très correct et que nous sommes prêts pour 2015».

GP-Inside : Quel bilan retiens-tu de la saison 2014 ?

Louis Rossi : « Je vais d’abord commencer par l’aspect négatif : j’aurais aimé marquer des points plus régulièrement et être plus régulier. On n’inscrit qu’une vingtaine de points alors qu’une quarantaine était envisageable, donc on est à 50% de nos objectifs à l’arrivée. En début de saison, j’ai eu l’occasion de me bagarrer plusieurs fois dans les points mais cela s’est fini plusieurs fois par terre ou par des soucis mécaniques, donc on a vraiment péché par manque de régularité. Côté positif, j’ai été compétitif à plusieurs reprises à partir de la mi-saison, lorsque nous avons décidé de changer ma manière de piloter. Cela m’a permis de passer un cap et de finir régulièrement dans les 15 ou 17 meilleurs en essais libres, puis en qualification. Cela m’a donné la possibilité de me battre dans des groupes avec de très bons pilotes et cela a été très intéressant pour moi ».

GP-Inside : qu’as-tu modifié en pilotage cette saison exactement ?

Louis Rossi : « On a travaillé sur les phases de freinage pour arriver à bien faire tourner la moto. C’est un aspect sur lequel j’ai buté pendant très longtemps et grâce à Fred Terrier, on a pris le problème à bras-le-corps. J’ai fini par réussir et cela m’a aidé en termes de performances. En revanche, cette nouvelle façon de freiner la moto me mettait en difficulté en course car dès que j’essayais de freiner plus tard et plus fort pour dépasser un adversaire, la moto glissait beaucoup. Il nous a de nouveau fallu du temps pour trouver des solutions de réglages convenables pour gommer ce phénomène. Cette phase de recherche nous a couté quelques bons résultats à un moment dans la saison car je faisais de meilleurs chronos en roulant seul mais dès qu’on était en bagarre, je faisais davantage d’erreurs, ce qui nous a privé de bons résultats sur des courses où je me sentais bien ».

GP-Inside : Quel est ton plan de travail pour les tests de Jerez ?

Louis Rossi : « Aujourd’hui, il y a une grosse phase de mise en place sur la moto, nous sommes installés dans le même box avec Tasca et Tech3. Mes mécaniciens découvrent la Mistral avec l’aide d’une partie des mécaniciens de chez Tech3. Mon nouveau chef-mécanicien, Laurent Pradon, fini la mise en place de tous les logiciels pour travailler sur la moto avec l’aide de Nicolas Reynier (chef-mécanicien de Marcel Schrotter cette saison et en 2015, NDLR). Après cela, j’irai rouler dès que les conditions météo seront plus intéressantes car pour le moment nous ne sommes pas gâtés car il pleut sur Jerez ».

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Rejoignez-nous sur Twitter


Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de