Pour Valentino Rossi, 2014 était la saison du quitte ou double

Les lampions de la saison 2014 des Grands s’étant éteints, c’est l’occasion pour les pilotes de faire le point sur la campagne écoulée pour mieux préparer la suivante. Pour Valentino Rossi, ce millésime avait quelque chose de spécial. A 35 ans, le « Doctor » s’était mis au pied du mur et devant un miroir en se lançant ce défi : s’il n’arrivait pas à être constamment parmi les trois premiers, il serait temps de réfléchir à un autre métier. Une sorte de quitte ou double, une prise de risque alors que l’on a déjà tout gagné. Résultat ? C’est double, puisque le voilà reparti pour deux ans avec Yamaha.

Deux victoires, treize podiums et une pole-position qui l’ont conduit jusqu’à la place de vice-champion du monde, voilà le bilan de la saison d’un Vale que l’on peut considérer comme de retour aux affaires. Fin 2013, il annonçait qu’en juin 2014, au Grand Prix d’Italie, il se déterminerait pour la retraite ou la poursuite de l’aventure. On connaît aujourd’hui la réponse : « je suis très heureux de mes performances cette année » raconte le nonuple titré. « Cette saison était cruciale pour la suite de ma carrière. L’an dernier, je n’étais pas satisfait et je me suis demandé si je devais continuer ou pas. Mon objectif était de retrouver le sommet, de me battre avec le trio de tête et être un candidat au podium à chaque course. J’ai fait de gros changements dès le début de l’année, mais ceux-ci ont porté leurs fruits. Je suis content de ça. J’ai toujours été compétitif. J’ai fait de bonnes course et j’ai mené de jolis combats. »

Une renaissance appréciée à sa juste valeur : « c’est une belle satisfaction aussi bien en tant qu’homme qu’en tant que pilote. Ces dernières années avaient été très difficiles. L’an dernier aurait dû être meilleur alors j’ai dû trancher dans le vif. C’était très risqué, si bien que j’apprécie d’autant plus de terminer à Valence avec autant de podiums et deux victoires. Je prends du plaisir et ça me motive encore plus. » A tel point qu’il a déjà prévenu que 2015 pourrait bien être la saison de son dixième titre : « j’y crois toujours. Et encore plus après cette année. On est proche, mais ce ne sera certainement pas facile. Lorenzo sera plus fort et Marquez a gagné son titre après treize victoires alors que je n’ai concrétisé qu’à deux occcasions. C’est onze de plus que moi et c’est une différence énorme. Pour combler l’écart, il faudra travailler encore mieux avec Silvano Galbusera mais aussi avec Yamaha qui nous donnera un coup de main. Cette saison, Honda était trop fort au début et les choses s’en sont trouvées plus faciles pour Marc Marquez. Si on veut lui mener la vie dure, il nous faut être plus près de lui. Si la saison commençait maintenant avec notre moto actuelle, les choses prendraient une autre tournure. »

Garder une telle motivation et une telle détermination après dix huit saisons de niveau international cela ne peut qu’inspirer le respect de la part de tous, et, d’abord, de la part ses actuels rivaux qui n’étaient que des enfants au moment où l’homme de Tavullia écumait déjà les Grands Prix. Quelle est la fontaine de jouvence de ce phénomène ? Il explique : « le tout est de savoir si vous voulez vraiment en être ou pas. Si vous voulez continuer, vous devez faire abstraction de vos titres et de vos victoires acquis et faire montre d’humilité. Vous ne devez pas non plus oublier que pour y arriver, il faut travailler dur. Si vous commencez à vous dire « j’ai gagné neuf titres et plus de cent courses » vous êtes bon pour rester à la maison. Vous devez évoluer parce que vos rivaux, les pneus, les motos changent. Si vous ne le faites pas, vous êtes fini. Je me suis dit qu’après ces mauvaises années, le problème était peut être moi. Je me suis demandé pourquoi je continuais à courir. Je suis là parce que j’aime me prouver des choses. J’aime piloter une moto sur la piste et j’adore la compétition. J’ai toujours de bonnes raisons d’être là, même après tant d’année. »

On ne le contredira certes pas. Valentino Rossi a signé avec Yamaha jusqu’en 2016. L’aventure continue.

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Rejoignez-nous sur Twitter


Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de