Jules Danilo et Honda : les premiers rencards se déroulent sans accros !

Avec deux petits points au classement général, le couple Jules Danilo-Mahindra n’est pas parvenu à crever l’écran malgré d’encourageants progrès à mi-saison.  Le Lillois a néanmoins mérité une seconde chance qu’il est bien décidé à saisir au guidon d’une Honda, sans aucun doute, très performante. Ils ont déjà pu faire connaissance sur les circuits espagnols, et les chronos autant que l’entrevue suivante semblent montrer que sa nouvelle partenaire lui a déjà fait oublier l’ancienne. 

GP-Inside : Après ton passage de Mahindra à Honda, tu dois te sentir comme un athlète à qui on a retiré un lest de 5 kilos à chaque pied ?  

Jules Danilo : « Oui un peu car cette année c’était un peu difficile pour moi. En milieu de saison je pensais avoir compris comment fonctionnait la Mahindra et après je suis un peu retourné en arrière sans savoir pourquoi. Je n’avais plus de feeling avec la moto et l’impression d’en piloter une nouvelle à chaque Grand-Prix. Je n’ai pas vraiment d’explications à ce qu’il s’est passé cette année, mais en tout cas, je donnais le meilleur de moi-même. »

GP-Inside : 1.40.8 en course, 1.41.3 en qualifications et comme par miracle 1.40.1 aux essais. On peut légitiment penser que ça vient de la Honda !

Jules Danilo : « Effectivement, avec une semaine d’écart entre le GP et les tests, je n’ai pas eu le temps de progresser autant que ça en pilotage ! (rires) Donc une grande partie de cette progression provient de la moto, du moteur d’abord, mais surtout du feeling général. Dès que je suis monté sur la Honda, je me suis senti directement à l’aise. Je pense que le châssis correspond plus à mon style de pilotage ; il faut avoir de la vitesse de passage en courbe, contrairement à la Mahindra où il faut plutôt être un pilote ‘Stop&Go’. Je pouvais tout de suite pousser plus qu’avec mon ancienne machine, donc forcément les chronos descendent plus facilement. Après les premiers tours sur la Honda j’ai tout de suite compris qu’il était beaucoup plus facile de faire un bon chrono seul, contrairement à la Mahindra où une aspiration était importante à cause du déficit moteur. »

GP-Inside : Penses-tu que tu as encore une grosse marge de progression ?

Jules Danilo : « Oui j’ai encore une marge de progression mais je me suis déjà rapproché des pilotes de tête, je suis à 9 dixièmes du meilleurs temps réalisé par mon coéquipier mais aussi du meilleur temps du circuit. Je sens que je peux encore progresser car je ne suis pas encore à la limite. Pour le moment je n’ai pas l’impression d’être au bout des capacités du châssis, et ça c’est vraiment bien. »

GP-Inside : Honda était régulièrement dans le stand d’Alexis Masbou l’an dernier. Tu es désormais dans son ancienne équipe, est-ce que l’équipe sera toujours supportée par l’usine la saison prochaine ?

Jules Danilo : « Non mais avec la nouvelle règle mise en place par la Dorna, l’an prochain tous les pilotes d’une même marque disposeront du même matériel, qu’ils s’agissent des carénages, du moteur ou du châssis. Les constructeurs auront le droit à une évolution dans l’année, que tous leurs pilotes devront recevoir. C’est rassurant. La seule différence qu’une équipe usine comme Monlau pourrait avoir est, en théorie, les maps qu’il y aura dans le moteur. J’attends de voir l’an prochain comment cette règle sera mise en place. »

GP-Inside : Sais-tu la direction que prend Honda concernant leurs évolutions sur la Moto3 ?

Jules Danilo : « Honda devrait refaire un châssis, un bras-oscillant et un moteur pour 2015. Le moteur c’est notamment dû à la nouvelle réglementation et la limitation à 13500 tours/minutes. Vazquez disposait déjà du nouveau moteur aux tests de Valence. »

GP-Inside : Tu as pu voir la Mahindra 2015 aux essais, t’as t’elle surprise ou impressionnée par rapport à celle que tu avais ?  

Jules Danilo : « Les boxs  Mahindra étaient à l’autre bout du paddock donc ce n’était pas évident de savoir ce qu’il s’y passait mais sur la piste on a vu qu’il y a eu un gros step en avant. Francesco Bagnaia a rapidement fait un 1.39.4, ce qui est plus rapide qu’Oliviera et Binder après une saison sur la moto. »

GP-Inside : Tu roules une dernière fois sur ta nouvelle machine à  Almeria les 26 et 27 novembre, mais qu’est-ce qu’il t’attend pour cet hiver ?

Jules Danilo : « Je suis encore en train d’établir mon programme hivernal, ce n’est pas encore concret mais je devrais faire beaucoup de flat-track en Espagne avec Johan Zarco, Laurent Fellon et Dubois Moto ainsi que de l’entraînement sur les Yamaha 125cc. »

GP-Inside : Crains-tu que l’arrivée de Fabio Quartararo en mondial fasse de l’ombre aux autres français ?

Jules Danilo : « Peut-être un peu car il a un beau palmarès et il est dans une équipe de pointe donc forcément les fans français vont suivre un français qui va vite. Maintenant, je pense qu’avec cette Honda je peux me rapprocher des pilotes de devant. Aux tests j’étais à neuf dixièmes du premier mais seulement à cinq dixièmes de Binder et Oliviera. C’est une belle progression.  Je ne veux pas me comparer à Fabio, nous sommes deux pilotes différents, mais mon objectif est de me rapprocher des meilleurs. » 

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Rejoignez-nous sur Twitter

 

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de