Lin Jarvis compare Pol Espargaro à Marc Marquez et lui fixe ses objectifs

Honda a dans ses murs un Marc Marquez de 21 ans si intraitable qu’il aime s’approprier de nouveaux records et aligner les titres mondiaux. En deux saisons de présence en MotoGP, MM93 en est à deux couronnes, un sans faute qui met la concurrence à rude épreuve. En première ligne de ce pilonnage on trouve une usine Yamaha aux pilotes de pointe véloces mais plus âgés alors que la relève n’est pas encore prête à être envoyée au front. Les trois diapasons ne seraient-ils pas dans le rythme ? Lin Jarvis pense tout le contraire.

Un Jorge Lorenzo de 27 ans et un Valentino Rossi de 35 ans, voilà le présent de Yamaha. Beaucoup s’en contenteraient au vu de la qualité de ce duo qui biffe face au chronomètre un état civil moins réjouissant que la nouvelle référence du HRC. Ils sont d’ailleurs les seuls à pouvoir encore agacer le prodige. Mais le temps fera quand même son œuvre et tandis que Honda a déjà Jack Miller de 19 ans en réserve et Suzuki un Maverick Vinales du même âge, l’usine d’Iwata attend que son Pol Espargaro de 23 ans mûrisse.

Comme Marc Marquez, le cadet d’Aleix a été enrôlé juste après son titre mondial en Moto2. Mais au contraire de l’aîné d’Alex cette fois, c’est à la sixième place qu’il a fini sa première campagne parmi l’élite, et non aux avant-postes. Somme toute une bonne année pour un débutant. Mais depuis Marc Marquez, les références ont été bousculées : « Pol n’a pas été un débutant aussi rapide que ne l’a été Marc Marquez » concède Lin Jarvis. « Mais il faut considérer le fait que Marc Marquez est un phénomène. Pol a fait une bonne saison, il a terminé sixième au général et premier des pilotes satellites. Nous l’avons en réserve pour rejoindre l’équipe officielle. »

Certes, mais la porte de ladite équipe ne s’ouvrira qu’à l’échéance 2017. Pol Espargaro attendra-t-il jusque là ? « Pol a un contrat avec l’usine Yamaha, comme Jorge et Valentino. C’est donc un pilote officiel que nous avons placé dans le team Tech3. Le niveau de cette moto et l’appui technique que nous lui apporterons l’an prochain sera les mêmes que ceux que nous avons toujours fournis à Tech3. C’est d’un très haut niveau avec seulement de légères différences avec le team Factory. »

Le message est clair, ce n’est donc pas à cause de la M1 que Pol Espargaro ne joue pas dans le carré de tête. En revanche, il y a du travail à faire sur le pilote : « c’est une constante dans la carrière de Pol : il lui faut du temps pour apprendre et assimiler la transition » explique le même Jarvis. « il est rapide, mais il lui faut trouver de la régularité dans vélocité, notamment en course. C’est notre plan de travail en ce qui le concerne. Nous verrons ce qu’il adviendra ensuite. »

Ensuite, c’est aussi 2016 et l’arrivée des Michelin. Là, il faudra s’adapter vite, malgré un saut dans l’inconnue : « ce sera intéressant de voir comment Pol qui vient du Moto2 s’adaptera à ces nouveaux pneus par rapport à ceux qui ont été formés en 250cc. Ce sera aussi intéressant pour nos ingénieurs de cerner cette différence. Comme il sera intéressant de voir comment le style d’un pilote de Moto2 s’adapte aux pneus Michelin. »

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Rejoignez-nous sur Twitter

Source: crash.net


 

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de