Lin Jarvis a une pensée pour les teams satellites en parlant de Ducati

Le MotoGP actuel est attrayant mais il est un peu complexe à cerner pour le commun des mortels. Une catégorie Factory réunissant les motos japonaises d’usine ou satellites, une catégorie Open pour les pures privées, mais aussi un club Ducati annoncé comme officiel mais jouissant du règlement des privées. Les Italiens ont même un peu plus brouillé les cartes en essaimant différentes Desmosedici sur la grille de départ. De la GP14.2 à la GP14 en passant par la GP14 en central électronique standard. Rien de répréhensible là-dedans puisque tout s’est fait dans la plus parfaite transparence et avec l’accord des autres constructeurs. Pour autant, chez Yamaha, on aime à préciser que si l’occasion a fait le larron, il y a eu aussi les dindons de la farce. Soit les structures satellites.

Rappelons les faits. Au début de cette année 2014, Ducati crée la sensation en passant sous le règlement Open en restant Factory. Le beurre et l’argent du beurre dans les pâtes mais un choix assumé par Yamaha et Honda pour garder le blason de Borgo Panigale dans la course. Livio Suppo du HRC explique : « Honda pense que la compétition doit se dérouler avec le plus de constructeurs possibles. Plus il y a d’usines, plus heureux nous sommes. Nous avons parfaitement compris que les résultats de Ducati ne pouvaient satisfaire personne et que pour pérenniser la présence de Ducati dans le championnat, il fallait leur accorder quelques avantages. Ils ont été raisonnables, ils se sont rapprochés. S’ils avaient gagné dix Grands Prix à la suite, on aurait commencé à réfléchir autrement. Mais Ducati est un grand constructeur qui donne une plus-value au championnat ». Dixit Livio Suppo sur son ex-employeur.

Une vision partagée par l’homme de Yamaha, Lin Jarvis. Mais ce dernier affine son analyse : « accorder des avantages à Ducati n’a pas eu de grandes conséquences pour les autres équipes d’usine. Avec quatre pilotes de pointe, elles ne prenaient pas de risques au championnat. Mais je pense que cet aménagement a été difficile à accepter par les équipes satellites qui ont dû prendre un coup au moral. Parfois, elles ont été en mesure de se battre pour la pole-position et la victoire avec leurs pilotes performants et elles ont dû supporter le fait de ne pas être avantagées par le règlement. » Au contraire de l’usine Ducati s’entend.

« Ce qu’il faut, c’est mettre un terme à cette situation aussi vite que possible » poursuit Lin Jarvis. « Il nous faut un règlement qui soit le même pour tous. La situation à trois variantes n’est bonne ni pour nous et ni pour les spectateurs. » 2016 devrait remettre les pendules à l’heure mais force est de constater que les aménagements ont aussi convaincu Suzuki et Aprilia de se lancer dans la danse. En 2015, il y aura 25 pilotes sur la grille de départ. Ceci, en attendant KTM qui a déclaré ses intentions pour 2017. Les teams satellites resteront-il sur orbite ?

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Rejoignez-nous sur Twitter

Source: autosport.com


Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de