Pour KTM, Jack Miller est seul responsable de la perte du titre en Moto3



Lorsque Pit Beirer, l’homme des sports de KTM, a une idée, il s’y tient. Dès la mi-saison, il avait livré une étonnante charge contre ses meilleures chances de préserver le titre en Moto3, soit le team Ajo et son pilote Jack Miller, ouvertement soupçonnés de négocier avec le HRC pour un accès en MotoGP, avec une clause secrète qui laisserait la couronne mondiale de la spécialité à Honda. Une théorie du complot qui avait surpris jusqu’à saisir d’effroi le paddock. Puis la seconde partie de la saison s’est lancée sans que l’argument ne revienne d’actualité. Jusqu’à maintenant. A ceci près que c’est le seul Jack Miller qui est pointé du doigt pour expliquer la défaite face à la marque japonaise.

Au bilan, Jack Miller, vice-champion du monde de Moto3 est maintenant un pilote Honda en MotoGP. Et Alex Marquez est titré dans la catégorie d’entrée des Grands Prix, apportant une dorure de plus au blason ailé. Il ne s’en est fallu que de deux points, comme quoi, la lutte a été âpre. Pour autant, Pit Beirer de Mattighofen n’en démord pas. Le championnat n’aurait jamais été perdu si Jack Miller ne s’était pas déconcentré en pensant au MotoGP : « Jack est un grand pilote et il l’a montré durant toute la saison » commence-t-il pourtant. « Jusqu’au printemps, tout se passait normalement, à chaque course, il était plus rapide que l’année écoulée. »

Puis il y a eu l’été et les négociations pour accéder à l’élite : « cette période a été difficile. Il est évident que Jack a été distrait par ses négociations menées au sujet de son avenir. Soudainement, ses performances ont baissé pour retrouver le niveau de la saison passée, voire même plus lent. Dans le dernier tiers de la saison, il est devenu à nouveau rapide et c’est parce qu’il était psychologiquement libéré du fait de l’assurance acquise de rejoindre le MotoGP. Mais c’était trop tard, la chance du titre était passée

« Jack est un grand pilote » répète Beirer, « mais il n’est pas sans défauts. Et quand la tête ne suit pas, il est difficile de gagner des courses. » Fermez le ban. On ne parle plus d’un complot Honda, on ne cite plus d’Ajo. Mais on ne précise rien également sur la montée en puissance technique des Honda qui a aussi coïncidé sur une période de fiabilité précaire des machines autrichiennes, sans parler des difficultés du nouveau châssis. Mais bon, Jack Miller est maintenant un pilote Honda.

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Rejoignez-nous sur Twitter

Source: speedweek


Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de