Maverick Vinales a tout d'un futur grand



En 2015, le plateau du MotoGP aura un pilote de 19 ans qui a tout pour devenir un futur grand. Son nom ? Jack Miller ? Peut être, l’Australien venant directement du Moto3 par la grâce de Honda qui va le former. Mais il y aura aussi un certain Maverick Vinales qui est moins souvent sous les feux de la rampe. Et pourtant, il n’a pas 20 ans et son parcours, depuis son apparition en Grand Prix en 2011 a de quoi impressionner. Il s’est fâché avec le HRC mais, malgré ça, il a conquis un titre de champion du monde et remporté des victoires à chaque saison. Il sera parmi l’élite l’an prochain et chez Suzuki on se dit qu’on a bien fait de mettre la main sur lui.

Rappelons le parcours : 2011, Vinales se présente avec une Aprilia en 125cc et remporte dès sa première année quatre victoires et finit troisième du championnat. L’année suivante, il concrétise à cinq reprises dans la nouvelle Moto3 avec une FTR-Honda qu’il quittera avec fracas. A tel point qu’on se dit que malgré sa place sur le podium final du championnat, sa carrière est en danger. On ne se fâche comme ça avec Honda et Repsol sans avoir un retour de bâton. Pourtant, en 2013, le voilà champion du monde sur une KTM en Moto3. Et le sésame en poche pour faire ses classes en Moto2.

Une première année où il ne perdra pas plus de temps. Au sein du team Pons tenant du titre avec un Pol Espargaro parti en MotoGP, il gagne à quatre reprises et termine troisième au classement général. Résumé ? En quatre saisons, il n’a jamais fait pire que troisième dans un championnat et il comptabilise 16 victoires, 40 podiums et 11 pole-positions. A 19 ans, le voilà pilote officiel Suzuki pour le MotoGP. Et pour trois ans.

De la graine de champion, à n’en pas douter. Et Davide Brivio n’est pas peu fier de l’avoir enrôlé aux côtés d’Aleix Espargaro : « Maverick a un talent indéniable. Il suffit de regarder ce qu’il a fait pour sa première année en Moto2. Il a remporté des courses à chaque année, même lors de sa première saison. C’est un pilote spécial et nous sommes ravis de l’avoir avec nous. Il est jeune et veut réussir dès que possible. »

Chez Vinales, on pense déjà à moyen terme : « accéder au MotoGP est un rêve qui devient réalité. Et si Suzuki revient, c’est vraiment pour gagner. Alors je pense que tout ça peut être bon. » Par ailleurs, l’Espagnol sait adapter son pilotage : « quand je regarde mes courses à la télévision, je me rends compte que j’ai un nouveau style qui fonctionnera en MotoGP. Je freine plus tard et j’entre dans les virages assez tôt. Je ferai de mon mieux pour comprendre la moto le plus vite possible et déceler où elle peut encore s’améliorer. »

Pour l’instant, Suzuki semble avoir un bon châssis mais des soucis de fiabilité moteur. Lors des premiers tests d’intersaison, Maverick Vinales a été assez loin des temps de son nouveau binôme Aleix Espargaro. Mais l’idée était d’abord de prendre en compte son nouvel environnement. Ce qui a été compliqué avec deux casses moteur. Nul doute qu’il sera à suivre de près une fois la GSX RR fiabilisée.

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Rejoignez-nous sur Twitter


 

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de

Facebook

Applications

Disponible sur Google Play
Disponible sur Apple App Store