Scott Redding était un pilote très convoité sur le marché des transferts cette année



Le parcours de Scott Redding en MotoGP, cette année, n’a pas été simple. Arrivé avec le statut de vice-champion du monde de Moto2, le Britannique s’est retrouvé au guidon d’une RCV1000R atone, au sein d’un team Gresini où il devait partager l’espace avec un Alvaro Bautista nanti d’une RC213V. Pendant ce temps, son ancien rival pour le titre Pol Espargaro arborait le cuir d’un pilote officiel Yamaha en formation sur une M1 chez Tech3. Une conjoncture frustrante, mais l’ancien pilote du Marc VDS Racing a mis le nez dans la bulle pour s’affirmer comme le meilleur des Honda Open, tout en taillant des croupières à son binôme Espagnol. De quoi mériter une machine du HRC ? Sans doute, mais c’est alors que son team Gresini s’est retrouvé sans le sou. Tout restait donc à faire pour la saison 2015.

Heureusement les efforts d’un Marc VDS Racing qui s’est allié avec l’enseigne Estrella Galicia ont permis à Scott Redding de se retrouver avec une Honda à la hauteur de son potentiel. La prochaine campagne s’annonce bien mais le déroulé des épisodes de ce feuilleton laissent à penser que rien n’a été donné au Britannique. Pour peu, il aurait même été le grand oublié du marché des transferts cette année. Vraiment ? Aujourd’hui, on apprend qu’il était bel et bien convoité dans le paddock. Et que sa signature, courant septembre, en bas d’un contrat de deux ans avec le Marc VDS Racing ont crevé les cœurs des teams Pramac, Aspar, Forward Racing et, sans doute aussi, Aprilia.

Chez Pramac, on se souvient ainsi de l’occasion d’embauche manquée de cet espoir de 21 ans : « sa signature pour une Honda a été une mauvaise nouvelle pour nous » reconnaît Francesco Guidotti. « Mais c’était quelque chose à laquelle on s’attendait. Il est très jeune et talentueux et il sait ce que c’est que de se battre pour la victoire et un titre. Il a l’étoffe d’un pilote de pointe en MotoGP. J’aurais vraiment aimé travailler avec lui. » Oui, mais il n’avait que des Ducati satellites à proposer. Pour autant, chez Aspar, on lui a soumis une Honda : « nous avons été déçus de le manquer » se souvient Gino Borsoi. « C’est un bon pilote et l’avoir dans notre équipe aurait été quelque chose de fort. » Enfin, il y a même eu une Yamaha dans la balance, proposée par Giovanni Cuzari, du Forward Racing: « Scott était le choix idéal pour nous et on n’a pas été loin de conclure. On lui avait fait une proposition ferme. Cela aurait été bien de le convaincre de nous rejoindre. » A défaut, ce sera Loris Baz aux côtés de Stefan Bradl.

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Rejoignez-nous sur Twitter

Source: MCN

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de