Lucio Cecchinello aurait bien voulu garder Stefan Bradl



Auréolé de son titre en Moto2 acquis en 2011, l’Allemand Stefan Bradl est arrivé en MotoGP l’année suivante avec la bénédiction de Honda. Placé au sein du team LCR d’un Lucio Cecchinello à l’équipe commando, le pilote avait trois ans pour faire ses preuves. Bilan ? 2014 aura été sa pire saison avec une neuvième place en guise de position au classement général, contre des septième et huitième rangs au terme des deux campagnes passées. En trois années, le fils d’un Helmut ancien des grilles de départ ne revendique qu’un seul podium. Il était donc logique que le HRC lui signifie son congé. Mais Lucio Cecchinello, lui, continue de croire en son désormais ancien poulain.

L’Italien vétéran de la 125cc l’aurait ainsi bien gardé à ses côtés : « lorsque notre nouveau partenaire CWM World a été confirmé, nous avons eu le budget pour une moto Factory. Nous sommes donc allés voir Stefan pour qu’il renouvelle son contrat. Nous lui avons fait une offre et il a demandé à réfléchir. Puis il s’est décidé pour le Forward Racing » se souvient le transalpin qui alignera deux Honda en 2015, pour la première fois de l’histoire de sa structure.

« C’est dommage car après 18 ans d’expérience en tant que directeur d’écurie, c’est sans doute le pilote avec qui j’ai eu les meilleures et les plus proches relations »  poursuit Lucio. « Il a un réel talent, mais lui faut éliminer ses points faibles. Il doit être plus saignant dans les duels et il doit aussi être plus régulier dans ses chronos tour par tour. Je suis convaincu qu’il a une marge de progression et elle aurait pu être comblée l’an prochain. C’est pourquoi je voulais continuer avec lui. Parmi les pilotes, il y a des talents incroyables qui se révèlent immédiatement et il y en a d’autres qui ont besoin de mûrir après un long et dur travail. C’est, je crois, le potentiel de Stefan. »

Si prolongement il y avait eu, le contrat aurait été avec l’équipe et non avec Honda. Un accord certes identique à celui qui le lie avec Forward Racing et non avec Yamaha, mais les relations avec le HRC se sont sans doute trop dégradées. Par ailleurs, le nouvel investisseur tenait à avoir Cal Crutchlow, au point de le débaucher de chez Ducati, tandis que Honda réservait déjà la seconde machine à Jack Miller. Malgré le soutien du patron, l’avenir de Stefan Bradl chez LCR était donc bien compromis.

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Rejoignez-nous sur Twitter

Source: MCN


Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de