Ducati avoue que Cal Crutchlow n'est pas un pilote facile



Lorsque les Italiens de Ducati ont engagé Cal Crutchlow au terme de la saison 2013, ils pensaient bien faire l’affaire d’un pilote qui carbure au courage et au panache. Le champion du monde Supersport est en effet un caractère qui ne s’arrête pas aux défauts de sa moto, mais qui cherche toujours à se transcender. Pour cohabiter avec une versatile Desmosedici, c’est l’état d’esprit qu’il faut. Le Britannique a donc été signé pour deux ans. Mais avoir du caractère, c’est aussi avoir le verbe haut. De fait, promis jusqu’en 2016, l’ancien de Tech3 a déjà quitté Borgo Panigale en vue de la campagne 2015.

Une conjoncture qu’explique ainsi le directeur sportif Paolo Ciabatti : « nous connaissions Cal depuis le Supersport et le Superbike, et c’est pour ça que nous nous sommes intéressés à lui » raconte le transalpin. « Parfois il est difficile à contrôler car il parle beaucoup à la presse et dit certaines choses. Et son langage est très fleuri. La situation avec lui n’était pas facile, mais je pense que l’on ne s’en est pas trop mal sorti. » Mais à la fin, c’était tout de même la sortie : « si un pilote veut partir, vous ne faites jamais une erreur en le laissant partir. Nous n’avons jamais forcé un pilote à rester avec nous. Il avait un contrat de deux ans et le seul moyen de continuer jusqu’à cette échéance était son envie de rester avec nous. »

Reste qu’au vu de sa dernière partie de saison 2014, on a comme un sentiment d’inachevé, de gâchis, d’occasion manquée, de malentendu. Une troisième place à Aragon, une cinquième à Valence et une possible deuxième place à Phillip Island, ce n’est tout de même pas rien : « il était trop tard » confesse le même Ciabatti. « lors des dernières courses, Cal était aussi bon que les autres pilotes Ducati, mais il a joué de malchance. Il méritait la deuxième place à Phillip Island. Mais parfois, et alors que tout le monde a donné son maximum, les choses ne vont pas comme vous le souhaitez. Telle est la vie. »

Conclusion ? « Honda lui a offert une seconde chance pour sa carrière. Il vaut mieux se quitter en amis que de rester ensemble comme des ennemis. » Jusqu’en 2016, Andrea Dovizioso et Andrea Iannone seront les fers de lance de l’usine Ducati. Cal Crutchlow sera sur une Honda Factory au sein du team LCR avec, comme équipier, un Jack Miller couvé par le HRC qui fera ses premières armes sur une RC213V-RS.

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Rejoignez-nous sur Twitter

Source: speedweek


Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de