Avec le team Ajo en Moto2, Johann Zarco a-t-il un pied en MotoGP avec KTM ?



Voilà une question qui tombe bien au moment des demandes au Père Noël et l’instant approchant où il va falloir faire de vœux pour l’année prochaine. Une interrogation qui n’est pas anodine dans les couloirs d’une usine KTM qui a commencé son travail sur son ambitieux projet MotoGP, qui aboutira avec une participation officielle des Autrichiens à la saison 2017 de l’élite. D’ici là, il aura fallu travailler dur et se construire un environnement propice au succès. Cela passe par une structure et des pilotes. Et c’est là que le team Ajo intervient.

Pit Beirer, patron de la compétition chez KTM et son patron Stefan Pierer cogitent en vue d’une saison 2017 de MotoGP qui n’est pas si éloignée que ça si l’on se cale sur le rythme effréné du calendrier des Grands Prix. L’enjeu est qui plus est de taille car il s’agira de rejoindre et se confronter aux valeurs établies Honda, Yamaha et Ducati, tout en collant d’entrée à Aprilia et à Suzuki qui auront acquis deux ans d’expérience au front.

De fait, le blason de Mattighofen devra non seulement réussir dans ses ateliers mais aussi s’entourer des bonnes personnes. Or, ce dernier point, bien qu’essentiel, échappe aux Autrichiens. Comment séduire, en effet, alors que l’on a tout à prouver ? Tech3 est bien avec Yamaha, LCR et le Marc VDS Racing ne lâcheront pas Honda, Pramac et Ducati semblent unis pour la vie. Alors ? Allez voir le team Aspar, convaincre le Forward Racing ou parier sur Avintia Blusens ? Ou encore partir au combat seul, comme Suzuki a décidé de le faire ?

A voir, mais il y aurait aussi l’alternative Ajo. Le Finlandais a convaincu KTM de ses compétences par son parcours efficient en Moto3 où il a su servir le constructeur. En 2015, il sera en Moto2 avec des suspensions WP, soit KTM, celles-là même qui seront sans doute sollicitées pour le programme MotoGP. Les deux saisons à venir en Moto2 seront donc essentielles pour l’association Ajo-KTM, une communauté d’intérêt qui se décline aussi pour ce qui est des pilotes.

De ce côté là, le patron de KTM ne cache pas qu’il aimerait bien avoir un pilote Allemand lorsque le moment viendra d’entrer dans la cour des grands : « ce qui sera important pour nous c’est d’avoir un bon pilote bien sûr mais aussi un pilote qui corresponde aux impératifs du marché. L’Allemagne est de loin le pays le plus important pour nous. Un pilote Allemand sera donc très bien accueilli. L’Australie est aussi stratégique, alors que l’Italie baisse. La France est en revanche très stable. » La France ? On rappellera que Johann Zarco sera le fer de lance du team Ajo versions suspensions WP en 2015 en Moto2.

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Rejoignez-nous sur Twitter

Source: speedweek


 

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de