En 2015 Crutchlow va revenir et ça va faire mal



Sorti par la grande porte d’un Supersport où il venait de conquérir le titre mondial, Cal Crutchlow est arrivé en MotoGP par la volonté d’un Hervé Poncharal au nez creux. Puis le Britannique s’est formé et frotté à l’élite pour aboutir à une saison 2013 qui l’a mis au rang du légendaire et regretté Barry Sheene dans le sport moto d’outre Manche. Voir un de leurs compatriotes sur le podium à quatre occasion en une saison par ailleurs pimentée par deux pole-positions, cela faisait longtemps que les Anglais n’avaient pas vécu ça. Puis le meilleur des représentant privés est parti chez Ducati avec un contrat officiel de deux ans…

Et là, tout s’est gâté. Découverte d’une Desmosedici versatile qui en a découragé plus d’un avant lui, des chutes, des remarques acerbes, une perte de confiance… Le naufrage n’était plus loin et a été évité de peu après un Grand Prix de Grande Bretagne démoralisant. Puis Cal a retrouvé ses marques, son « fighting spirit » et le podium à Aragon. Ceci avant de finir la saison en trombe. Même si les résultats sous le drapeau à damiers sont restés timides, la manière avait changé. Mais trop tard pour poursuivre l’aventure avec les rouges. En 2015, l’officiel redeviendra privé avec une bonne Honda RC213V au sein du team LCR.

Crutchlow prévient, si 2014 a failli être un coup d’arrêt, 2015 marquera la reprise de la marche en avant. Dans son camps d’entraînement situé en Californie, l’homme de l’Île de Man fourbit ses armes et prévient les Marquez, Lorenzo, Rossi et autres Pedrosa qu’il sera là pour leur disputer le podium : « je sens que je serai assez rapide pour me battre à nouveau devant » se réjouit celui qui aura pour équipier Jack Miller. « Je ne dis pas que je serai en mesure de jouer la victoire à chaque Grand Prix ou le podium chaque week-end, mais je pourrai au moins revenir à ma situation de 2013. »

« C’était bien de retrouver la confiance au cours des derniers rendez-vous de l’an dernier et la garder en vue de 2015. C’est primordial de montrer que l’on a toujours sa pointe de vitesse. Personnellement je n’ai jamais douté mais les gens pensent qu’un matin vous vous levez et vous avez tout perdu, que vous ne pouvez plus piloter une moto. Cela ne se produit jamais. Même lorsque je savais que j’allais quitter Ducati, je n’ai jamais lâché. J’ai continué à donnée 100% de moi-même, mais je n’avais pas les sensations que je voulais. J’avais perdu ma confiance et j’avais du mal à cerner la moto. Mais j’ai montré de quoi j’étais capable à Phillip Island. 2015 sera un nouvel apprentissage mais j’espère qu’il sera plus rapide que celui de l’an dernier ! Je n’ai jamais douté de ma vitesse. Vous ne la perdez pas du jour ou lendemain. Mais elle a besoin de temps pour s’affirmer. »

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Rejoignez-nous sur Twitter

Source: MCN


 

 

 

 

 

 

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de