Yonny Hernandez vous le dit, un jour il sera champion du monde



Il est le seul Colombien du plateau MotoGP et sa place, il l’a acquise en s’accommodant des opportunités que d’autres ne voulaient pas. Avec des motos versatiles, Yonny Hernandez s’est forgé un solide caractère et une belle expérience. Un parcours qui lui permet, à 26 ans, et après quatre ans passés parmi l’élite, de se présenter cette année avec une très honorable Ducati GP14.2 au sein du non moins intéressant team Pramac. L’homme de Medellin promet qu’il en sera digne et n’a pas peur dire qu’un jour, il réalisera son rêve : celui d’être champion du monde.

En 2014, son meilleur résultat en Grand Prix a été une septième place et il a fini quinzième du championnat. Loin d’avoir la même Ducati que le reste du clan de Borgo Panigale, il a convaincu de ses capacités à tel point qu’il reprendra le flambeau d’Andrea Iannone, parti vers l’équipe officielle, au sein de la structure Pramac. Mais Hernandez rappelle qu’il n’est plus un débutant : « je suis à présent un pilote expérimenté qui sait comment régler une moto. Ma motivation n’a par ailleurs jamais été aussi forte. Je vais piloter la moto qui a permis à Andrea Dovizioso de finir cinquième du dernier championnat. De fait, mon objectif en 2015 sera de finir systématiquement dans le top 10. En dessous, ce sera un mauvais résultat. Je peux même penser au podium car Dovi y est arrivé l’an dernier, au Japon. »

Bigre, voilà le Colombien remonté comme jamais. « Dans ce sport, tout peut arriver, des casses mécaniques, des chutes, mais par des conditions normales, cette moto vaut le top 10. Je m’entraîne dur, en faisant notamment du jet ski, ce qui est moins risqué que la moto tout terrain tout en offrant les mêmes sensations et le même travail musculaire. Je m’astreins aussi à un régime pour ne pas dépasser les 70 kilos. » Exigeant, avec du caractère, Yonny est aussi sans complexe : « souvent j’ai été dans des écuries qui n’étaient pas les meilleures. Pourtant, mon objectif est le même depuis toujours et je sais qu’un jour il se réalisera : celui d’être champion du monde. » Et pas de jet ski, on l’aura bien compris.

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Rejoignez-nous sur Twitter

Source: motocuatro

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de