Kawasaki convoque Dominique Aegerter pour essayer un prototype fin janvier



C’est un coup de tonnerre dans un ciel bien calme d’un MotoGP en pleine hibernation. En un éclair, Kawasaki a réveillé tout ce beau monde en convoquant, sur le tracé de Jerez, le Suisse engagé en Moto2 Dominique Aegerter pour y essayer un prototype. Une machine qui n’aurait donc a priori rien à voir avec le Superbike, discipline où est officiellement engagée la marque verte. Un premier pas vers un retour du blason d’Akashi dans le paddock des Grands Prix en 2016 ?

C’est évidemment la question qui taraude, et elle est partagée par le pilote de 24 ans, qui va devoir accélérer son entraînement physique pour être fin prêt pour ces essais mystérieux : « je vais tester les 26 et 27 janvier à Jerez pour Kawasaki. L’invitation est directement venue de l’usine. Je vais directement travailler avec des gens de chez Kawasaki. Je piloterai un prototype mais je ne sais pas exactement ce que je vais essayer. La moto sera équipée en pneu Michelin, mais ce ne seront pas des pneus que Michelin développe actuellement en vue de 2016. Je n’ai pas piloté une machine de course depuis la fin novembre. Ce ne sera donc pas facile. Mais je suis très excité ! »

On le serait à moins tandis que les premiers contacts entre Dominique Aegerter et Kawasaki ont eu lieu à la fin de l’année dernière, lorsque le Suisse a fait un galop d’essai avec la moto de l’équipe Avintia Blusens. Une structure à ce point déçue de sa relation avec les verts qu’elle a viré au rouge Ducati pour 2015. Tandis qu’Hector Barbera n’avait pas été avar de critiques envers Kawasaki, fustigeant le blason pour son inertie et, finalement, son désintérêt.

Ce dernier semblait donc acquis depuis la sortie du MotoGP fin 2008 et une saison 2009 contrainte par la Dorna sous le sceau de Hayate. Et puis Guim Roda, le team manager pour Kawasaki en Superbike, n’avait-il pas clamé à qui voulait l’entendre qu’il valait mieux dépenser 5 millions d’euros et être champion en WSBK plutôt que 45 millions et s’assurer de la septième place en Grand Prix, au mieux ? Alors, qu’est-ce qui aurait soudainement changé chez Kawasaki ? Les arrivées de Suzuki et d’Aprilia en 2015, puis le débarquement promis de KTM en 2017 ? Un mouvement d’ensemble qui ferait de Kawasaki le seul constructeur d’envergure absent de l’élite ?

Maintenant, si revirement il y a eu, il va y avoir du travail. Suzuki et Aprilia ont tenu à s’aguerrir dès cette année avant de faire le grand saut dans une réglementation 2016 qui va changer bien des choses. Après avoir quitté le train en marche, Kawasaki y remontera-t-il alors qu’il s’est déjà mis en route ? On le saura sous peu. En attendant, c’est une machine inédite que l’on verra à Jerez à la fin du mois, entre les mains d’un Aegerter dans les petits papiers d’Akashi.

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Rejoignez-nous sur Twitter

Source: speedweek


Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de

Facebook

Applications

Disponible sur Google Play
Disponible sur Apple App Store