Nico Terol sur les traces de Carlos Checa chez Althea Racing ?



Nico Terol fait partie des énigmes du paddock MotoGP. Dernier Champion du Monde 125cc de l’histoire et auteur de deux saisons encourageantes en Moto2, il s’effondrait complètement en 2015 au point de devoir être remplacé l’espace d’une course pour soigner une mystérieuse maladie.

L’Espagnol ne récoltait que deux petits points sur l’ensemble de sa saison alors qu’en 2013, il avait bouclé l’année avec 150 points et 4 podiums dont 3 victoires !

Il était donc temps pour Nico Gaz de prendre un peu d’air frais et de se reconstruire ailleurs que chez Aspar et ailleurs qu’en Moto2, ce qu’il a fait en signant pour Althea Racing en Championnat du Monde Superbike.

La bonne nouvelle, c’est qu’il semble avoir enfin retrouvé le sourire sur une moto à laquelle il s’adapte visiblement assez vite puisqu’à l’issue des premiers tests de la saison, il signait un 8ème chrono plus qu’intéressant.       

« Je suis très content mais aussi très confiant à la veille de cette nouvelle aventure. Je n’ai pas encore beaucoup roulé, mais j’apprécie la moto et je me suis amusé. Je suivais le Superbike à la télévision et je pense que le niveau est élevé. Maintenant, j’ai pu m’en rendre compte par moi-même. Giugliano a fait un très bon chrono avec le Panigale à Jerez, ce qui me rend heureux, mais Rea et Sykes n’ont pas rigolé non plus. Je crois que ces trois-là sont les plus forts. »

Si les Espagnols n’ont pas souvent brillé dans le Championnat des dérivées de série, on se souvient tout de même que c’est sur une Ducati de chez Althea que Carlos Checa est devenu Champion du Monde de la catégorie. Un exemple pour Nico Terol. « J’aimerais faire aussi bien que lui. C’est un ami et je lui en ai parlé, mais je n’ai pas encore eu l’occasion d’aller lui demander conseil. En Espagne j’ai reçu énormément de félicitations quand ils ont su où j’allais après une année difficile. Je dois encore m’habituer aux pneus, en particulier ceux de qualification, et à l’électronique, mais je sens déjà la moto plus à moi. Je manque encore de rythme parce que nous n’avons fait qu’un seul test, mais mon style est bon pour la Ducati. Je m’amuse sur la piste et c’est pour cela que je suis sûr que les résultats viendront ».

Souhaitons donc bonne chance à Nico Terol à l’aube d’une nouvelle saison qui, on n’en doute pas, marquera un tournant dans sa carrière.

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Source : GPOne

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de