Davide Brivio : « le meilleur reste à venir »



Après avoir été l’homme de Yamaha et puis celui de VR46, la société de Valentino Rossi, Davide Brivio décidait, la saison dernière, de relever le défi du retour de Suzuki en Grand Prix.

Avec des essais d’abord prometteurs mais ternis par la catastrophe de Valence où la GSX-R livrait aux caméras toute l’étendue de sa fragilité, l’Italien s’était préparé au pire pour les essais de Sepang. Pourtant, c’est tout le contraire qui se passait sous le soleil de Malaisie!  

En effet, les prestations de Viñales et d’Espargaro parvenaient à enthousiasmer les amateurs de la catégorie reine dont certains commencent à être agacés par la domination de l’axe Tokyo – Iwata.

Bien entendu, la compétitivité de la moto d’Hamamatsu n’est encore en rien acquise car que ce soit au niveau de l’électronique ou du moteur, la GSX-R souffre face à ses concurrentes mais comme le rappelait Davide Brivio à GPOne, on n’a pas fait le monde en un jour et bien qu’au travail depuis plus d’un an, tout reste relativement nouveau pour Suzuki. 

« Nous avons testé la centrale Magneti Marelli pour la première fois l’année dernière, ici, en Malaisie, donc pour nous c’est encore relativement nouveau. Son utilisation nous a obligés à réécrire tout le logiciel. Nous nous concentrons sur l’alimentation de notre moteur. Nous savons bien qu’il n’est pas au niveau de ceux de nos adversaires, nous ne nous le cachons pas, nous n’avons pas la même vitesse maxi que nos meilleurs concurrents. L’hiver nous nous sommes concentrés sur la fiabilité et nous avons travaillé sur la performance. Maintenant nous allons recommencer à nous en occuper ».

Mais dans un domaine où les ingénieurs parlent en micron et où la conception d’un simple engrenage peut parfois prendre trois mois (dixit Gigio Dall’Igna), tout prend du temps et en conséquence, les nouveautés ne seront pas pour tout de suite.

« C’est difficile de dire quand nous aurons des nouveautés du côté du moteur, mais je n’attends rien pour le Qatar. Grâce aux concessions accordées à la catégorie Open, nous pourrons apporter des mises à jour tout au long de la saison. Je sais qu’au Qatar et à Austin, qui sont des pistes rapides, nous allons souffrir, mais sur des circuits plus axés sur le pilotage, nous devrions déjà être en mesure de mieux nous exprimer. En outre, nous savons que nous avons encore beaucoup à apprendre.

Je pense que le meilleur reste à venir, ce n’est qu’en course que nous verrons le vrai potentiel de nos adversaires. Nous savons que c’est un défi difficile, les Honda et les Yamaha sont arrivées à ce niveau après des années d’affinements, d’étude mais aussi d’erreurs. Il suffit de regarder Ducati qui a rencontré beaucoup de problèmes au cours des dernières années et qui se rapproche d’eux seulement maintenant. Nous sommes conscients de ça, mais nous allons essayer d’accélérer le temps ».

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de