Départ de Gino Rea : une nouvelle équipe en Moto2?



Alors qu’il y a deux semaines, Gino Rea figurait encore sur les listes officielles des pilotes 2015, il a depuis, à la dernière minute, expulsé le Sud-Africain Sheridan Morais du team PTR de Simon Buckmaster pour prendre sa place.

On peut comprendre les raisons de Gino Rea : en trois ans de Moto2, il n’a terminé sur le podium qu’une seule fois, sous la pluie en 2012 à Sepang. Il a fini ses trois saisons au-delà de la 20ème place au classement général. Alors qu’en Supersport, où il roulait en 2010 et 2011, il a fini dans le top-10 et a remporté une victoire et trois podiums. Comme l’a dit Gino Rea :  « I want to continue winning races, so I talked to CIA Landlords Insurance Honda and we were very quick to agree ». (je veux continuer à gagner des courses, alors j’ai parlé à [PTR] et nous avons très vite trouvé un accord).

Reste que Morais a déjà indiqué qu’il avait un contrat en bonne et due forme et qu’il allait charger ses avocats de poursuivre PTR.

Mais l’affaire fait aussi du grabuge en GP!
En effet, ce n’est que par la presse que l’IRTA, la Dorna et Kalex, ont appris que Gino Rea, pour lequel le Rea Racing avait demandé et obtenu une place en Moto2, allait rouler en Supersport.

Or, le team avait commandé des pièces pour un châssis Kalex en vue de la saison 2015. Alex Baumgärtel confirme que ces pièces ont été fabriquées et qu’elles sont prêtes, attendant que le Rea Racing les paie et les emporte. Au lieu de ça, aucune nouvelle, et Kalex apprend par la presse que Rea ne roulera pas sur une Kalex en moto2, mais sur une Honda de Supersport.

Même sentiment à l’IRTA. Le directeur technique Danny Aldridge, répondant à Speedweek, indique que même l’IRTA et la Dorna ont été informés par la presse du changement de catégorie de Gino Rea. Ni Gino ni son team n’ont jugé utile d’informer quiconque.

Un contact a été pris depuis avec les responsables du Rea Racing, qui indiquent vouloir rester en moto2 et chercher des sponsors et un autre pilote. Le père de Gino Rea a même demandé à la Dorna de l’aider dans sa recherche. 

Mais il n’est pas certain que le team conserve sa place en moto2. Cette place lui avait accordée en fonction du pilote Gino Rea. Apparement il y a beaucoup de discussions en cours à propos de cette affaire, et certainement que des équipes qui avaient été refoulées de la liste IRTA faute de place sont en train de voir si elles peuvent encore aligner un pilote, au cas où la Dorna leur en donnerait la possibilité en refusant le Rea Racing.

Ce qui semble certain, c’est que ni la Dorna ni l’IRTA ne veulent laisser vacante une place en moto2.
Grosso-modo, le premier team qui présente un dossier viable aura la place; c’est du moins l’impression que ça donne.
L’IRTA et la Dorna aimeraient autant que ce ne soit pas le Rea Racing, vu son comportement et les problèmes récurrents de difficultés de paiement éprouvées par ses fournisseurs, mais rien n’est exclu à ce jour.

Texte : J.H. pour Pit-lane.Biz
Info et interviews issues de speedweek.com

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de