Hervé Poncharal : les bonnes raisons d’Aprilia, le coup de maître de Suzuki !



Alors que la première salve d’essais pour la catégorie reine a eu lieu du 4 au 6 février sur le circuit de Sepang en Malaisie et que le chrono ne nous a pas apporté grand-chose de nouveau par rapport à la réalité de la piste qui prévalait déjà en 2014, nous avons pris le temps de décortiquer les résultats en compagnie d’Hervé Poncharal.

Il en ressort une très longue interview au cours de laquelle nous avons abordé les sujets les plus divers comme par exemple Cal Crutchlow et son départ de chez Ducati, Valentino Rossi, les pilotes Tech3, la réglementation 2016, Loris Baz, Fabio Quartararo (lire ici), les pronostics pour le championnat…

Vu la longueur de l’entretien et afin de vous en faciliter la lecture, nous avons décidé de vous livrer des extraits tout au long de la semaine que nous essayerons de publier à 19h30.

Lundi, nous avons entendu ses attentes quant à ses pilotes et la menace que pouvait représenter les pilotes Ducati (lire ici), hier, nous lui avons demandé si Loris Baz serait le prochain français à relever le défi Tech3 (lire ici) et aujourd’hui, nous abordons en sa compagnie le retour de Suzuki en Grand Prix et l’arrivée d’Aprilia en tant que constructeur.

Les italiens tout d’abord. Présents avec des CRT en 2013 et des « open » en 2014, le constructeur de Noale a décidé d’anticiper son retour, initialement prévu pour 2016, en alignant deux motos hybrides chez Gresini qui, pour l’occasion, décidait de délaisser Honda.

Les Japonais ensuite qui, en 2015, reviennent en Grand Prix avec un line-up enthousiasmant. En effet, après de nombreuses annonces, c’est finalement le rapide Aleix Espargaro et l’incroyable talent, Maverick Viñales, qui prenaient la direction d’Hammamatsu.

Nous avons demandé à Hervé Poncharal de nous livrer son sentiment sur les grandes premières de ces deux constructeurs qui, par leur simple présence, redonnent des couleurs à un Championnat qui, il faut bien l’avouer, avait une fâcheuse tendance à se « bipolariser » face à l’omniscience de Yamaha et de Honda.   

GPi : Certains, dont Carlo Pernat, estiment qu’Aprilia a fait une erreur en anticipant son retour d’une saison et en s’alignant avec une évolution de sa CRT et pas directement avec sa MotoGP en 2016? D’accord, pas d’accord ?

H.P. : A l’heure actuelle, si tu veux être dans un championnat de vitesse et que tu estimes être un constructeur de premier plan, il faut être en MotoGP. Aprilia, ils ont gagné le championnat Superbike plusieurs fois, ils ont conquis les titres pilote et constructeur en 2014. La réglementation évoluant comme elle évoluait, c’est clair maintenant que les deux championnats et attention, ce n’est pas pour dénigrer le championnat des dérivées de série parce qu’il y a là des pilotes que j’adore et notamment Sylvain qui est un grand ami, se sont positionnés avec un championnat sport production et un championnat sport prototype et c’est clairement le MotoGP qui est le championnat numéro 1.  

Dès lors, quand tu estimes être un constructeur qui veut se battre au premier plan, que tu t’estimes être l’équivalent de Ducati et que tu veux challenger les plus gros constructeurs du monde qui sont Suzuki, Yamaha et Honda, il faut être là ! De plus, on n’est pas sans savoir que KTM va arriver, que Kawasaki fera peut-être aussi son retour donc pour moi, ils ont pris la bonne décision !

C’est évident que tu n’arrives pas comme ça en roulant des mécaniques et en étant devant vu le niveau mais ce qu’a fait Bautista, c’est franchement pas mal parce qu’il ne faut pas regarder que la position, il faut aussi regarder les temps et moi j’ai été bluffé.

A la manière de Ducati qui, en 2014 préparait 2015, Ils préparent 2016 avec une moto hybride et la base de cette moto, même si elle a beaucoup évolué, reste quand même une moto de route.

Compte tenu de tout ça, ils ont malgré tout réussi des performances vraiment impressionnantes pour leur premier vrai galop. Je pense donc qu’on ne peut pas les blâmer et ce d’autant plus sur un circuit aussi difficile, rapide et exigeant que Sepang.

Bautista a super bien travaillé et ce qu’il fait dans ce contexte, n’est pas mal du tout. Il ne faut pas oublier qu’il y a quelques années, Suzuki et même Kawasaki ont jeté l’éponge face à Honda et Yamaha en raison de leur niveau.

Au final, comme le dit l’adage, « à vaincre sans péril, on triomphe sans gloire » ! Qu’avaient-ils encore à prouver dans un Championnat Superbike où de toute façon ils sont toujours présents via l’équipe Red Devils.

Sur le marché, qui sont leurs concurrents en Europe ? KTM et Ducati ! KTM va arriver et Ducati est déjà là !

Et puis, lorsque tu es un constructeur, en terme d’image et de retombées financières et médiatiques elles sont beaucoup plus fortes en MotoGP que nulle part ailleurs !

GPi : Ce n’était donc pas une erreur…

Pour moi ce n’est pas une erreur, c’est vrai que c’est un risque d’arriver une année plus tôt que prévu mais c’est leur décision et elle est respectable. En tout cas, sur la piste, ils sont loin d’être ridicules.        

Je suis impressionné par le nombre de tours de Bautista et par son implication. Après, le casting n’est peut-être pas idéal. Melandri voulait rester en Superbike, le forcer ce n’est peut-être pas ça. J’aurais peut-être pris un jeune pilote en devenir qui a les crocs genre ce qu’a fait Suzuki avec Viñales. Mais bon, ça, ça ne me regarde pas, c’est leur politique interne, mais je ne pense pas qu’on puisse tirer sur l’ambulance et dire que c’était une erreur.

GPI : Autre constructeur à  tenter l’aventure, Suzuki a impressionné à Sepang avec un line-up succulent…

H.P. : Suzuki et quand je dis Suzuki, je parle tout autant des japonais que de Davide Brivio (ndlr, le team manager de Suzuki en Grand Prix) ont frappé un coup majeur en constituant leur équipe. Avec une machine qui, de l’extérieur, n’avait pas encore apporté toutes les garanties de sa compétitivité, ils ont réussi à convaincre Aleix Espargaro, le meilleur pilote Open des deux saisons précédentes, qui est un mec qui peut vraiment faire de grandes choses et le meilleur rookie, et peut-être même un nouveau pilote du gabarit de Marquez, Champion du Monde Moto3 et arrivé en Moto2 comme une météorite, qui est Maverick Viñales. Arriver à convaincre deux pilotes de ce calibre et qui plus est, qui sont complémentaires, pour rouler sur une moto neuve qui n’avait encore rien prouvé, c’est un coup de maître.

Lorsque Yamaha a décidé de tout chambouler avec la signature de Rossi et l’arrivée de Furusawa, il y a eu deux choses, la moto qui est devenue bonne et Rossi qui a amené quelque chose et dans notre sport, le pilote est PRE-PON-DE-RANT ! Demandez à Crutchlow aujourd’hui, il vous dira que la Honda est une super moto mais que p****, il faut se battre avec pour la faire aller. Certains disent donne-moi la Honda et je ferai ce que Marquez et Pedrosa font ! Eh bien aujourd’hui, je peux t’assurer que certains d’entre eux ne tiennent plus le même discours.

Ce que fait Suzuki est vraiment très bien ! Ils ont eu des problèmes de fiabilité en fin de saison dernière, comme on l’a vu au dernier Grand Prix de la saison et aux premiers essais de Valence et de Jerez, mais là, à Sepang, ils ont roulé comme des horloges, il n’y a pas eu un seul problème de fiabilité. Quand tu les vois passer en virage, ils sont au top du point de vue châssis et, comme ils le disent, ce qui leur manque maintenant c’est un peu de moteur mais ça viendra. La mission hivernale était de fiabiliser le matériel. Ce step là franchi, ils vont tenter de combler le handicap en puissance brut et en vitesse de pointe ».

Demain, nous aborderons la question Cal Crutchlow et son départ de Ducati. La question sera de savoir si, comme nous, Hervé Poncharal pense que le Britannique a cassé son contrat beaucoup trop tôt. Nous aborderons aussi le dossier Valentino Rossi qui, dans les mêmes conditions que Crutchlow avait choisi d’aller au bout de son contrat. Situation comparable ou pas vraiment ? Rendez-vous demain à 19h30 pour découvrir les réponses de notre estimé interlocuteur.

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

      

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de