Alexis Masbou : « les essais IRTA, ce n'est pas le championnat »



Après une seule journée de potable à Valence et trois jours intenses à Jerez, Alexis Masbou a retrouvé son pays Cathare pour se ressourcer et faire le bilan de ces premiers tests 2015 de Moto3. Une série marquée par l’emprise d’un certain Fabio Quartararo qui n’a pas quitté le haut de la feuille des temps et s’est même acquitté de records de la piste. En écho, Jorge Martin a aussi imposé un rythme d’enfer. Deux mineurs de 15 et 16 ans qui ont causé un dégât majeur, celui de donner un coup de vieux aux vétérans, plus modestes dans leur classement. De quoi s’inquiéter ? Que nenni. Alexis, en exclusivité, nous le dit, il n’a jamais passé une aussi belle intersaison !

Un paradoxe lorsque l’on voit la dix neuvième place finale de l’Albigeois au moment de quitter Jerez. Un tracé vaincu par le cadet compatriote en moins de 1’46 au tour. Un record qui marque les esprits. Mais qui ne fait pas tout… « Bien sûr, Fabio a été très rapide » commente le désormais pilote Honda RTG. « Il connaît très bien les circuits espagnols, comme d’ailleurs Jorge Martin qui le suit de près. Mais tu sais, les essais IRTA, ce n’est pas le championnat. Les cinq premiers du classement de Jerez ne seront pas forcément les cinq premiers du championnat. Ce n’est que le soir du premier Grand Prix au Qatar que l’on fera les premiers comptes. J’ai l’habitude de ces choses là. Moi, je me concentre sur ce que j’ai à faire. Je fais ma préparation. »

Justement Alexis, où en es-tu dans cette préparation ? « J’arrive dans une nouvelle équipe, avec un nouveau chef-mécanicien et tout le monde découvre la Honda. Alors on tâtonne et on a besoin de rouler. On a eu que quatre jours sur six. Le team a essayé des choses qui marchaient sur la KTM et qui ne fonctionnent pas du tout avec la Honda. On est revenu en arrière et ça se met en place, même s’il y a des secteurs où il faut absolument s’améliorer. »

Quels types de secteurs ? « La stabilité au freinage. C’est une chose qui ne me convient pas du tout actuellement. Mais c’est une question de réglage car l’an dernier, il n’y avait pas de souci. Actuellement, on roule avec le châssis 2014, pas le 2015. » Une vraie différence avec l’équipement de la structure Estrella Galicia ? « Bien sûr, elle ne me fera pas gagner une seconde d’entrée, mais Honda a travaillé sur le train avant qui offrirait plus d’aisance et ça c’est bon pour la confiance. Avec ça, on gagne déjà des dixièmes. » Et question moteur ? « J’ai le moteur 2015. Il est parfait. Il a gardé toute sa puissance en haut et il accélère fort. »

Une Honda que le team découvre, un nouveau chef mécanicien qui s’aguerrit à la machine japonaise, et encore une mise au point à faire, tout ça explique donc un déficit de performances bruts au cours de tests aux indications à décoder… « Regarde Fenati ou Bastianini » insiste Alexis. « Ils ne sont pas devant non plus. Mon équipier McPhee a fini avec un top 5 en montant des gommes tendres et en prenant une roue. On a essayé des choses qui n’ont pas fonctionné. Bien sûr, être après la quinzième place, ça peut inquiéter, mais ça va très bien. Je suis content du travail que l’on fait, on bosse bien, on progresse, et tous les voyants sont au vert. Je me concentre sur ce que j’ai à faire. C’est même la meilleure intersaison que je vis depuis longtemps! Je sais où j’en suis et je me concentre là-dessus. »

Et cette saison, comment la voit-il ? « Il va y avoir de la bagarre ! Je la vois très ouverte. Il y a les Honda bien sûr, mais on n’a rien vu encore des KTM. Et puis j’ai jaugé sur la piste les Mahindra du team Aspar. Ce ne sont pas des tréteaux, je te le garantis. En ligne droite, elle marché extrêmement fort, elle a distancé ma Honda. Dans l’ensemble, il y a aussi un bon état d’esprit. Lorsque Fabio a battu la première fois le record, je lui ai demandé de se calmer un peu. Et il a fait encore mieux ! Jules Danilo roule bien aussi, il a très bien conclu les tests de Jerez. »

Et maintenant ? « Bonne nouvelle, on part bosser trois jours à Almeria avant de revenir à Jerez. On va pouvoir se mettre véritablement en ordre de bataille. J’ai un moral d’enfer et avant de partir pour le Qatar, j’ai l’intention de faire aussi mon 1’45 à Jerez. » Rendez-vous pris Alexis !

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Rejoignez-nous sur Twitter


 

 

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de