Sepang 2, jour 3 : Marquez remet les pendules à l'heure, Crutchlow s’invite à la fête, Ducati travaille.




« Sepang2 », c’est désormais fini, et avec une piste ayant atteint les 58°, le classement général n’a pas subi de grands chamboulements.

Déjà en tête hier, mais pour 58 petits millièmes seulement, Marc Marquez, qui estimait être à la limite (lire ici), a pourtant sérieusement creuser l’écart sur Jorge Lorenzo, second hier et second aujourd’hui, qui pointe désormais à 322 millièmes. Handicapé par le décalage horaire le premier jour, le Majorquin s’affirme de plus en plus comme le plus sérieux rival du Baby Champ…

Discret mais en progrès depuis le début de saison, Cal Crutchlow, l’homme du doigt d’honneur (lire ici) s’invite dans un top 3 qu’il n’avait plus fréquenté depuis bien trop longtemps. Certes, il pointe à 543 millièmes et éprouve toujours quelques difficultés pour inscrire correctement la moto en entrée de courbes mais la performance est bien là et mérite vraiment d’être soulignée!

Troisième hier, Andrea Iannone recule d’un rang et s’établit à la quatrième position du classement général au guidon d’une GP15 qui, comme nous vous l’écrivions hier, comme à inquiéter l’homme qui le suit au classement, Valentino Rossi (lire ici). Toutefois, il reste quelques points à élucider sur le comportement de la GP15 et la décision n’est pas encore prise si on lui fera totalement confiance pour représenter les rouges au Grand Prix du Qatar. Pour le savoir, il faudra attendre les essais IRTA à Losail.

Peu à son avantage jusqu’à hier, Bradley Smith prend la sixième position 768 millièmes de Marquez mais à seulement 50 millièmes de Rossi.

Suivent Dani Pedrosa, le surprenant Hector Barbera au guidon de la Ducati Avintia, Aleix Espargaro et c’est Andrea Dovizioso qui clôture le top 10 à 1.353 seconde de Marquez.

Côté français, on note la vingtième position de Mike Di Meglio et la vingt-quatrième de Loris Baz.

Enfin, et à chaque résumé c’est la même histoire, nous ne pouvons être que triste de voir Marco Melandri, qui avouait hier son impuissance (lire ici), se traîner en fond de grille à 4.454 secondes de Marquez.
Dans ces condtions, il  sera intéressant de voir si le pilote italien s’adapte mieux aux Michelin à sa disposition demain. Dans la négative, on peut légitimment se demander si sa présence en Grand prix durerait bien longtemps… 

Concernant les essais Michelin de demain, les temps au tour ne seront pas disponibles et tous les pilotes ont reçu la consigne de ne pas parler à la presse.

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de