Johann Zarco: "il n'y a pas de secret".



GP-Inside : Bonjour Johann. Nous t’avions laissé avec tes bonnes résolutions 2015 et, visiblement, tu les as plus que respectées! Quel est donc ton secret pour débuter la saison sur un rythme aussi rapide que celui de fin 2014?

Johann Zarco: « il n’y a pas de secret mais le fait d’avoir fait un peu de Dirt Track au mois de décembre (ndlr: Superprestigio), cela a permis de garder un peu l’esprit de compétition, puis j’ai eu un entraînement physique un peu plus régulier par rapport aux années précédentes, et effectué des roulages de qualité au mois de janvier avec la Yamaha R6. Tout cela a fait que je n’ai pas trop perdu le rythme durant l’intersaison.
Les années précédentes, je pouvais aussi aller vite mais je manquais de constance et cela avait tendance à m’énerver, alors que là, avec Laurent, je vais toujours vite mais on travaille maintenant sur la constance, et si elle ne venait pas, j’essaierais de comprendre pourquoi au lieu de m’énerver.  La R6, l’expérience des années précédentes et la réflexion m’ont donc servi de leçons et m’ont permis de rouler dans le rythme que je voulais. »

GP-Inside : un très bon rythme mais aussi un changement de moto. Où est-ce que le duo Zarco-Kalex est plus fort qu’avant?

Johann Zarco: « c’est une moto assez facile à manier et qui apporte beaucoup de feeling. Or, dès que je peux avoir du feeling, je peux me décontracter et ça aide à aller vite.
Il y a également une sérénité d’équipe qui, je pense, est plus importante que la Kalex.
L’équipe sait quoi essayer et quand il faut le faire, sans jamais trop s’écarter, et si jamais elle s’écarte un petit peu, elle revient vite sur une meilleure base. A cela, il faut toujours rajouter l’œil de Laurent, en bord de piste, qui rapporte des informations à l’équipe et, en rapport avec mon style de pilotage, me reporte des éléments qui permettent de rouler très vite en Moto2.
Donc c’est un ensemble de choses et mieux que de parler d’un duo Zarco/Kalex, il faut parler d’un quatuor Kalex/Zarco/Ajo/Fellon pour évoquer l’équipe gagnante pour ces essais. »

GP-Inside : La mayonnaise prend donc bien, alors que, pourtant, le team Ajo manque d’expérience en Moto2. Cela est dû à leur professionnalisme ?

Johann Zarco: « Complètement. La catégorie Moto2 n’est en fait pas une catégorie spécifiquement très compliquée : Tout le monde dispose grosso-modo du même matériel et une expérience de la compétition en général peut permettre de faire de bons résultats. De plus, nous avons quand même Massimo Branchini qui a deux ou trois années d’expérience en Moto2 avec Ioda et qui donc connaît le sujet. »

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de