Cecchinello : « Miller ? Du positif mais aussi beaucoup de travail »

Lorsqu’au terme du feuilleton de l’été, on apprenait que Jack Miller allait débarquer chez LCR, sur une Production Racer, on s’est d’abord demandé si chez Honda, on n’était pas tombé sur la tête !

Car même si une légende australienne se disait déçue du manque d’audace du constructeur japonais (selon lui, Honda aurait dû le placer directement en lieu et place de Pedrosa chez Repsol, lire ici), légende directement reprise de volée par le Vice-Président du HRC (lire ici), nous n’étions pas nombreux à nous enthousiasmer de son passage du Moto3 au MotoGP sans passer par la case Moto2.

Quelques mois plus tard, après le second passage de la catégorie reine à Sepang, le bilan n’est ni vraiment positif, ni vraiment négatif car comme le rappelle Lucio Cecchinello, il reste beaucoup de travail à effectuer et il semble prématuré de déjà juger un projet qui, nécessairement, ne peut être envisagé qu’à long terme.      

« Avec Jack nous savons que nous sommes face à un projet très spécial. Si on s’en tient au positif, on peut dire que Miller est déjà aussi rapide que Laverty et presqu’autant Hayden (il termine à 0,7  de l’Américain). En plus, selon moi, la RCV à soupapes pneumatiques et électronique Magneti Marelli n’est pas encore à 100% de son potentiel. En regardant les données de la télémétrie, nous voyons que Jack dispose d’atouts très importants, le freinage par exemple. En outre, au niveau de la rapidité, il est déjà dans le sillage des meilleurs: c’est encourageant et ça nous donne de l’espoir. En revanche, il y a beaucoup de travail à effectuer sur son style de pilotage, parce qu’il est encore trop proche de celui du Moto3: peu de mouvement sur la selle, il se penche beaucoup, il passe beaucoup de temps sur l’angle ».

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de