Un logiciel Open plus sophistiqué a pointé le bout de son nez à Sepang…

Lors des derniers tests MotoGP à Sepang, Magneti Marelli avait apporté la dernière évolution de son logiciel, en principe prévu pour la catégorie Open.

En principe seulement car il ne fait plus de doute aujourd’hui, à moins d’un an de la saison 2016 et devant des constructeurs chargés de s’entendre alors que leurs objectifs sont différents, que cette version V11 du logiciel italien servira de base au software commun et obligatoire pour tout le monde, l’année prochaine.

D’après ses utilisateurs, un grand bond en avant a été fait en enrichissant le modèle mathématique de la gestion de puissance sur la roue arrière. Alors que jusqu’à la V10, l’électronique se basait principalement sur l’angle de la moto pour gérer le Traction Control, le calculateur prend maintenant pleinement en compte d’autres paramètres, à commencer par le grip, ou plus exactement le manque de grip, de la roue arrière, ainsi que la demande persistante de puissance provenant de la position de l’accélérateur. Et tout est paramétrable, virage par virage.

Alex de Angelis a essayé cette dernière version et pense que grâce à elle, les Open seront plus proches des Factory cette année. Mais le saint-marinais a également essayé la dernière version du logiciel Aprilia qui se révèle plus sophistiquée sur certains points, à commencer par une sorte d’auto-apprentissage permanent capable d’adapter de façon automatique la puissance du Traction Control aux diverses conditions rencontrées, y compris à une pluie non-anticipée.

En toute logique, le pilote Ioda souhaiterait que l’on utilise les points forts de chaque logiciel 2015 pour créer celui de 2016. Si les constructeurs ne s’entendent pas suffisamment tôt, cela risque fort de rester un vœux pieux…

Source : Motosprint

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Rejoignez-nous sur Twitter

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de