Hector Barbera parle de sa transmission « seamless »



La transmission «seamless». En voilà un sujet de convoitise pour les participants à un MotoGP qui est un concentré de technologie. Un accessoire que le HRC a amené sur les pistes en 2011 avec un certain succès et que Ducati a ensuite adopté avant d’être rejoint par Yamaha. Et encore. De manière imparfaite car le constructeur Honda a longtemps été le seul à jouir d’un système qui monte et descend les rapports. Pourquoi ? Parce-que ça coûte cher. Pourtant, en 2015, les GP14 du team Avintia Blusens ont la joie de pouvoir utiliser la «seamless». Par quel miracle ?

Avec une centrale électronique standard Magneti-Marelli forcément plus limitée que celle des écuries officielles, et au sein d’une réglementation Open destinée à poser les bases d’une discipline 2016 aux coûts contrôlés, voir arriver un tel raffinement technologique peut surprendre. Et ce d’autant plus qu’il surgit dans une écurie abonnée à la seconde partie du classement. Pendant ce temps, au sein du Forward Racing qui joue avec une Yamaha M1 et parmi le clan des Honda RC-213V-RS, on reste figés sur les discours des Japonais qui jurent l’adaptation de la «seamless» impossible aux modèles mis à disposition (et aussi à cause du coût).

Sauf que la centrale Magneti Marelli évolue et que Ducati n’est pas pour rien dans ce progrès. Normal puisque la même enseigne est partie-prenante de l’électronique officielle de Borgo Panigale. Alors ça ouvre des porte et ça crée des passerelles, étant entendu que cette technologie reste ouverte à tous les participants de la classe Open. Reste que si «seamless» il y a, c’est une version limitée qui est proposée : «ce n’est pas une transmission complète» commente un Hector Barbera qui a étonné au terme des tests de Sepang 2 ponctués par un huitième chrono. «Le système ne fonctionne qu’en montant les rapports de la seconde à la sixième vitesse

Pour le reste des rapports et pour rétrograder, on fait donc à l’ancienne (et donc différemment des Ducati officielles qui ont la seamless de 1 à 5, en montant et en descendant). Maintenant, «Barberix» avoue que l’arrivée de cette «seamless» était une idée fixe. Car elle est là depuis déjà l’escapade à Aragon l’an passé. Par ailleurs, Mike Di Meglio, l’équipier, en est aussi doté.

Stay tuned ! 

Rejoignez-nous sur Facebook 

Rejoignez-nous sur Twitter

Source: crash.net

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de