Guidotti sur Petrucci : « positif mais pas encore suffisant »

Cette saison, c’est au guidon d’une Ducati GP14.3 que Danilo Petrucci, l’ancien pilote Ioda, affrontera ses collègues de la catégorie reine.

On se souvient qu’en 2012, l’Italien avait déjà eu l’occasion de tester cette machine et qu’il avait d’ailleurs retenu toute l’attention des dirigeants de Borgo Panigale.

Mais désormais, ce ne sont plus des tests privés mais bien 18 Grand Prix tout au long desquels il devra convaincre du bienfondé de ce choix.

Et les débuts sont plutôt encourageants puisqu’il a terminé le second test de la saison à la douzième position, devant son équipier, ce qui n’a pas manqué de susciter des propos élogieux de la part de Francesco Guidotti, le patron de Pramac Racing.   

« Ce qui me satisfait le plus avec Danilo, c’est que sa progression est régulière tout en ayant conscience des difficultés et des particularités de la moto. Le processus va de l’avant et évolue de façon visible, il est en ligne avec les attentes et le calendrier que nous avons établi. Nous apprenons à nous connaître et jusqu’ici, il n’y a pas eu de surprises mais seulement des indications positives. Le niveau déjà atteint est plus que satisfaisant. A la lumière des deux premiers tests, les connaissances acquises et le premier contact avec la Desmosedici GP14 sont déjà intéressants. Après les deux premiers tests le sentiment est très positif. Non seulement il respecte toutes les attentes, mais dans de nombreux domaines il nous a positivement surpris. Le problème c’est que tout ça n’est pas encore assez. Il y a encore beaucoup de travail mais l’harmonie avec l’équipe, les décisions à prendre et les feedback sont très constructifs. Quand on parle avec l’équipe après chaque retour aux stands, la compréhension mutuelle est élevée et c’est extrêmement important.

Nous n’avons qu’un seul objectif: nous concentrer sur la distance la course. Jusqu’à présent, nous avons travaillé en gardant toujours un œil sur cet aspect, mais surtout nous avons dû travailler sur la performance pour voir jusqu’où il pouvait aller. Au Qatar, il sera nécessaire de mettre de côté la seule performance et de travailler sur le rythme de course. Pour le reste, ce seront les trois derniers jours d’essais et puis seule comptera la position à la fin du Grand Prix ».

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de