Kevin Schwantz et le concept de l’attaque Banzai pour contrer Marc Marquez

Avec deux titres en deux saisons et 13 victoires en 2014, Marc Marquez fait désormais figure de monstre sacré de la catégorie reine.

De plus, ses dix victoires consécutives de la saison dernière ont parfois donné l’impression que sa domination était telle qu’il en était devenu invincible.

Pourtant, derrière, avec un Lorenzo qui semble revenu à son meilleur niveau, des Ducati qui retrouvent des couleurs, un Valentino Rossi remonté comme à ses 16 ans et un Dani Pedrosa qui n’est jamais bien loin, la fronde s’organise. 

On se souvient notamment que l’Italien déclarait, il y a quelques jours, que les tops pilotes de la catégorie devraient s’employer, dès le Qatar, a le gêner sans relâche.

Kevin Schwantz, de son côté, pense visiblement la même chose et son expérience lui fait dire que pour venir à bout de Marquez ou, à tout le moins, pour le faire douter, seule l’attaque à outrance peut donner des résultats. Que les attaques soient nettes ou pas, calculées ou hasardeuses !   

« Ce que j’avais l’habitude de faire en course, lorsque je pensais que quelqu’un était peut-être mieux que moi sur un weekend, c’était juste de profiter de chaque occasion que j’avais de le dépasser. Même si c’était une attaque banzai en me jetant à l’intérieur et en le passant sur les freins. Je me plaçais devant et perturbais un peu son rythme.

Parfois, ça marchait pour moi et parfois pas. Mais j’ai toujours pensé que si j’étais devant mon adversaire, il aurait plus difficile de me battre.

Si vous suivez, suivez et suivez, vous allez juste voir que son avance ne fait qu’augmenter et probablement qu’au final, vous serez de toute façon battu ».

On se souvient que c’est notamment de cette manière que Valentino Rossi était venu à bout de Stoner lors du fameux duel de Laguna Seca 2008, mais on se souvient aussi qu’en Moto2, c’est de cette façon que Andrea Iannone était venu à bout de Marquez lors d’une course folle sur le Twin ring de Motegi.

Mais le seul souci, comme le rappelait assez justement l’Américain, c’est que cette approche de la course est également partagée par Marc Marquez qui n’hésite jamais à dégainer lorsqu’il se trouve coincé derrière un opposant direct.   

« Lorsque quelqu’un le passe, il tente immédiatement de le repasser ».

Bon, eh bien, de notre côté, nous avalisons totalement la tactique des dépassements et de l’attaque à n’en plus finir.

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de