« Action agressive d’Espargaro », chute, genou douloureux : Morbidelli repart de France sans point



Qualifié quatrième, Franco Morbidelli espérait obtenir un nouveau podium au Mans, dans la continuité de celui décroché à Jerez deux semaines plus tard. Les affaires de l’Italien se sont compliquées dès le premier tour, quand un contact avec Pol Espargaro a mis fin à ses chances.

Concrètement, Pol Espargaro s’est manqué après le virage 10 et son rival a tenté d’en profiter en le dépassant dans la petite ligne droite. Placé à l’intérieur, Franco Morbidelli pensait passer sans problème dans le virage 11, quand il a vu la Honda de l’Espagnol surgir sur son extérieur et se mettre devant lui. Une action qu’il qualifie d’agressive, sans la considérer dangereuse pour autant. Pas de polémique sur le sujet.

« L’entrée dans le virage de Pol a été soudaine, mais on ne peut pas dire que ce soit une erreur ou une action dangereuse. On peut seulement dire que c’est très agressif et c’est ce qui m’a surpris, commente-t-il. Je crois que la responsabilité est mutuelle. Quand j’ai vu Pol commettre sa petite erreur j’ai pensé que ça allait le faire. Je me suis mis en position pour le doubler, j’étais plus rapide que lui. Il a ensuite été très agressif, il a lâché les freins pour essayer de passer Valentino. Je l’ai touché sur l’arrière et j’ai fini hors de la piste. C’est comme ça que je vois l’incident. À ce moment-là j’ai aussi eu un peu peur, parce qu’il y avait une certaine différence de vitesse entre lui et moi et c’est toujours dangereux. Ce sont des moments dangereux mais c’est la course. »

« Je n’ai pas pu contrôler la moto dans les graviers, j’ai chuté et je me suis à nouveau fait mal au genou, qui n’était déjà pas bien », poursuit le champion du monde Moto2 2018. Couché a sol durant quelques secondes, il a finalement pu repartir. « La douleur était intense, mais seulement durant un court instant. Je me suis assis un moment, j’ai respiré puis j’ai repris des forces. Quand j’ai vu qu’il pleuvait j’ai pensé à ramener la moto aux stands et essayer d’au moins finir la course. »

Bien que tombé, Franco Morbidelli espérait terminer dans le top-15 et ne pas repartir bredouille de France. « Je savais qu’il y aurait beaucoup de chutes, donc je pensais pouvoir prendre des points, Il y a eu des chutes, mais pas assez. Je me suis rapproché des points mais je n’en ai pris aucun », regrette-t-il après être arrivé 16e. Son deuxième résultat blanc de l’année. « Ça a été une course dure, je dois me reposer, essayer de récupérer le plus possible de cette petite blessure et arriver au Mugello en forme. »

Touché au ménisque et à un ligament, le pilote Petronas espère éviter la table d’opération. « Pour le moment l’opération est écartée. Ça fait du temps qu’on y pense, mais ce genre de blessure peut être contenue en faisant un grand travail sur la partie musculaire et c’est ce que nous voulons faire. J’aimerais éviter cette opération, donc je vais m’efforcer de travailler du mieux possible. Si je décide de vouloir me débarrasser du problème je devrai passer par une opération importante, donc ça ne m’enchante pas. »

Septième du championnat, Franco Morbidelli accuse désormais 47 points de retard sur le nouveau leader, Fabio Quartararo.

Championnat MotoGP après Le Mans : 1. Quartararo 80, 2. Bagnaia 79 (-1), 3. Zarco 68 (-12), 4. Miller 64 (-16), 5. Viñales 56 (-24)… Classement complet ici

Le Mans, Quartararo (3e) : « Ça va aider pour le futur »

Vous suivez le travail sérieux et passionné de GP-Inside ? Aidez-nous à survivre économiquement et continuer en devenant membre Premium. Au programme : site 100 % sans pub, développement du média, contenu exclusif & amélioré, concours à chaque GP. Merci du soutien !

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments

[…] il faudra espérer que son genou ne lui posera plus de problème – il essaie de le soigner pour éviter d’avoir à se faire opérer. D’autre part, l’importance du moteur sur ce tracé […]