Affaire Iannone : le PDG d’Aprilia certain d’une issue positive



« Je ne considère même pas la possibilité qu’Andrea manque toute la saison », dit son patron chez Aprilia Racing, Massimo Rivola, convaincu que le test capillaire du pilote italien jouera en sa faveur.

Provisoirement suspendu pour dopage, à la suite d’un contrôle positif effectué le 3 novembre, en marge du Grand Prix moto de Malaisie, Andrea Iannone est toujours dans l’attente du verdict de la Cour disciplinaire internationale de la Fédération internationale de motocyclisme (FIM). Cela prend plus de temps que prévu car sa défense a fourni un nouvel élément : les résultats d’un test capillaire montrant qu’aucune substance dopante n’était présente dans son corps en septembre 2019.

Andrea Iannone espère ainsi convaincre les juges de sa bonne foi : la substance à laquelle il a été contrôlée n’a pas été consommée volontairement, mais par l’absorption d’une viande asiatique contaminée. Une autre batterie d’arguments est censée démontrer que dans son cas, le produit interdit en question ne lui était d’aucune utilité.

Le PDG d’Aprilia Racing, Massino Rivola, est persuadé que ce test capillaire va faire pencher la balance du côté de son pilote : « Je ne considère même pas la possibilité qu’Andrea manque toute la saison, a-t-il confié à Speedweek. J’ai de bonnes raisons de le penser. Le test capillaire était négatif, et il peut être daté à cinq mois en arrière, jusqu’à septembre. Andrea a eu une bonne attitude car tous les athlètes n’auraient pas accepté ce type de test, parce qu’on peut tout y détecter. Les tests capillaires ne mentent pas. »

Problème : l’Agence mondiale antidopage affirme dans son règlement que « un test capillaire ne devrait pas être considéré comme une alternative à une analyse urinaire ». « Parce que ce type d’analyse coûte moins d’argent et qu’on a les résultats très rapidement », répond à cela Massimo Rivola.

Or, d’après lui, un athlète initialement suspendu par un test urinaire qui fait ensuite appel devant le Tribunal arbitral du sport (TAS), avec un test capillaire négatif entre les mains, gagne toujours. « Il y a huit cas d’athlètes dont les tests capillaires étaient aussi négatifs. Ils ont tous fait appel devant le TAS après avoir perdu en première instance, et ils ont gagné. De ce que j’en sais, tous ceux qui ont présenté ce type de test ont gagné. »

Massimo Rivola ne se dit donc pas inquiet quant à l’issue positive de l’affaire : même si la FIM confirme la suspension d’Andrea Iannone, il plaidera sa cause devant le TAS et ce-dernier lui donnera raison. Reste à savoir quand, et le temps presse : la saison 2020 de MotoGP débute le week-end du 8 mars à Losail, où se déroule le Grand Prix du Qatar.

En attendant, Aprilia regrette de ne pouvoir lui faire essayer la nouvelle RS-GP, qui donne tant de satisfaction à Aleix Espargaro. « Je suis assez tranquille quant au retour d’Andrea, même si ‘tranquille’ n’est pas le bon mot. Je suis un peu déçu parce qu’il est coupable, et il paie pour quelque chose qu’il n’a pas pas fait. Mais nous, chez Aprilia, le payons aussi. Nous avons besoin de lui maintenant plus que jamais, car la moto a aussi été construite sur la base de ses suggestions. Il voulait une moto meilleure dans les virages, et globalement plus douce, ce qu’il avait avec Suzuki. Nous sommes désavantagés par son absence. »

Stay tuned !
Rejoignez-nous sur Facebook, Twitter, Instagram.

Cas Iannone : Aprilia s’en séparera en cas de longue suspension

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

2
Poster un Commentaire

2 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
0 Auteurs du commentaire
  S’abonner  
le plus récent le plus ancien le plus populaire
Notifier de

[…] définitive de l’affaire pourrait lui être positive – son patron, Massimo Rivola, en est convaincu –, mais cela pourrait prendre des semaines, voire des mois. Or, le premier Grand Prix de la […]

[…] ils ont gagné. De ce que j’en sais, tous ceux qui ont présenté ce type de test ont gagné », assurait, mi-février, le PDG d’Aprilia Racing, Massimo […]