Agostini : « Le destin des plus grands est d’être battus »



La retraite de Valentino Rossi ? « Personne n’a le droit de lui dire quoi faire », défend Giacomo Agostini, qui commente la situation du Docteur en se souvenant de la sienne, quelques décennies plus tôt.

Pour un pilote, savoir quand prendre sa retraite est compliqué. Marco Melandri vient de le faire, estimant que « il faut savoir dire stop » (lire ici). Quelques mois plus tôt, Dani Pedrosa s’en allait aussi, après 18 années de roulage en championnat du monde. Loris Capirossi a également eu du mal à raccrocher les gants, tout comme Troy Bayliss qui continue parfois de disputer quelques courses.

La question agite aujourd’hui l’actualité de Valentino Rossi. À 40 ans et face à une situation difficile (difficultés sur la M1, pas de victoire depuis deux ans, seulement 6e au championnat…), l’Italien reconnaît qu’il s’interroge. Et « c’est normal, dit-il. J’ai 40 ans. Il y a des choses que je suis seul à pouvoir sentir et je saurai quand je ne voudrai plus rouler. Cela dépend beaucoup des résultats. Si nous ne pouvons pas résoudre nos problèmes, alors continuer deviendra un problème. » (lire ici)

Forcément, les commentaires n’ont pas manqué de venir. « L’âge te retire de l’inconscience », lance Juan Martinez (lire ici), quand Graziano Rossi répond que son fils est « dans une grande forme physique » (lire ici). Le patron de l’équipe Yamaha, Lin Jarvis, pense qu’au moment voulu, « il y aura certainement une décision commune. Je suppose qu’il sera le premier s’il sent qu’il n’est plus compétitif ou s’il perd sa motivation » (lire ici).

Pour Ago, le MotoGP va souffrir du départ de Rossi

Giacomo Agostini, pilote le plus titré de tous les temps, en aussi a dit quelques mots dans le Corriere della Sera. Et il demande un peu de respect quant aux rumeurs qui circulent : « Valentino est encore capable d’excellentes performances. Personne n’a le droit de lui dire quoi faire. Personne de mieux que lui ne peut analyser la situation qu’il vit », lance-t-il.

Giacomo Agostini se souvient, lui, de ce moment où il s’est rendu compte que « certains résultats n’étaient plus accessibles. Je pouvais gagner à nouveau, mais je savais que quelque chose avait changé. Quand je me battais pour la deuxième ou la troisième place et que la victoire m’échappait, je me suis rendu compte que le jour de la capitulation allait arriver ».

Avoir conscience que quelque chose a changé : ce serait donc cela, le plus difficile. « Rossi a gagné pendant plus de 20 ans, mais à l’étranger. on parle plus de Marquez », observe « Ago ». Qui ne cache pas que le MotoGP sera orphelin de Vale : « Quand il se retirera, au début nous en souffrirons. Ce fut également le cas pour Muhammad Ali, pour Maradona, pour Eddy Merckx. Tous ont laissé un vide parce que le public aime ceux qui durent dans le temps et acceptent à chaque fois la confrontation, sachant qu’ils peuvent gagner à nouveau. Mais le destin des grands est d’être battus. Tôt ou tard, quelqu’un est meilleur que toi. »

Quand Jarvis parle de la retraite de Rossi…

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

1
Poster un Commentaire

1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
  S’abonner  
le plus récent le plus ancien le plus populaire
Notifier de
Sharon

Baisеr une fillе dаns votrе villе -> http://www.Sexia.club