Albert Arenas raconte son accident



Albert Arenas prépare son retour. Victime d’un accident de vélo (lacération de la rate, fracture du sixième arc costal droit , plusieurs contusions…), le pilote espagnol était forfait en Argentine et au Texas. Mais il vient de recevoir le feu vert des médecins, et sera au départ du Grand Prix d’Espagne le week-end prochain.

Depuis quelques jours, Arenas a pu reprendre la natation et quelques exercices. Mais une petite fracture au niveau de la côte le gêne encore. « Je vais m’entraîner avec l’objectif d’arriver à 100%, je vais faire comme si tout était normal. On aura une idée plus précise vendredi prochain », au début des essais du Grand Prix d’Espagne. Un tracé de Jerez qui lui plaît beaucoup : il y a gagné sa première course de CEV. « Un circuit magistral pour y effectuer son retour », sourit-il sur motogp.com

Le pilote Sama Qatar Angel Nieto Team livre les détails son accident. Il était en entraînement de cyclisme avec Alex Rins en Catalogne. Arrivé dans un rond-point à Sant Cugat, il s’est pris nid de poule. « Je l’ai pas vu car il y avait un léger renforcement avec une plaque d’égout et je regardais au loin. J’ai pas eu le temps de réaliser, le guidon s’est plié et a tapé dans mes côtes de façon assez brutale. »

À l’origine, il avait du mal à respirer mais ne pensait pas être blessé. « Lorsque les médecins ont commencé à évoquer cette blessure à la rate, j’ai commencé à avoir peur, car on sait l’urgence de ce genre d’intervention. J’étais un peu sous le choc. J’étais persuadé de partir le lendemain en Argentine, et ils m’ont dit : ‘Toi tu vas nulle part, on doit t’opérer’. »

À 22 ans, l’Espagnol confie que cela n’a pas été mentalement facile. « J’étais un peu dans l’inconnu. Je ne savais pas ce qu’il se passait, si j’allais pouvoir être en Argentine. Ça n’a pas été évident à assimiler, il a fallu que je prenne mon mal en patience. J’ai essayé de faire d’autres choses, de bouquiner, de me distraire un peu pour tenter de le vivre au mieux. »

Chaque jour, ses amis sont venus le visiter à l’hôpital « Leur soutien m’aura été d’une aide très précieuse. Ça n’a pas été évident d’annoncer à l’équipe que je ne serai pas à Termas. Ceci étant, ils m’ont toujours soutenu. Le meilleur moment a été quand j’ai appelé pour leur dire que j’étais de retour. C’était comme une victoire, car je ne l’ai pas super bien vécu. Malgré tout, j’essayais de surveiller mon alimentation, mon sommeil et de garder ce côté positif. Je pense d’ailleurs que c’est aussi pour ça que j’ai récupéré aussi ‘vite’. »

Sixième du GP du Qatar, Arenas espérait jouer le titre de champion du monde. Il a 35 points de retard sur les leaders, et espère pouvoir revenir. « C’est faisable, ça ne se récupère pas en l’espace d’une ou deux courses. Il faut y aller petit à petit, sans s’offusquer. Ce sera important d’arriver à Jerez avec mes sensations du Qatar, car au final c’est une blessure que je me suis faite en dehors d’un circuit. Ça appartient désormais au passé. J’ai confiance en l’équipe et ils ont confiance en moi. »

Spectateur des Grands Prix d’Argentine et d’Amériques, Arenas a remarqué qu’Aron Canet était régulier, mais observe qu’il « n’y a clairement pas un favori. C’est un peu une loterie et c’est le plus régulier du week-end qui s’en sort. Arón en fait partie. Il essaie toujours d’être là ».

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

2
Poster un Commentaire

2 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
0 Auteurs du commentaire
  S’abonner  
le plus récent le plus ancien le plus populaire
Notifier de

[…] en 2019. La faute, notamment, à une grosse blessure à cause d’un accident de vélo (lire ici), et à des résultats trop irréguliers (5 […]

[…] d’un grave accident de vélo la saison dernière qui l’avait tenu éloigné des circuits pendant de longues […]