Alvaro Bautista « ne pense plus au titre »



Auteur d’un week-end blanc à Laguna Seca, Alvaro Bautista se retrouve à 81 points de Jonathan Rea. Le championnat du monde Superbike 2019 a basculé, et il le reconnaît.

Alvaro Bautista a connu le pire week-end de son année aux États-Unis. Tombé en première manche le samedi, il est à nouveau allé à terre le dimanche lors de la course « sprint », dès le premier virage. Mais selon lui, il n’est pas fautif : « Dans le premier tour j’étais à l’intérieur derrière Haslam, quand Toprak est arrivé de l’extérieur et m’a touché, raconte-t-il sur Gpone. Il roulait comme si personne n’était en piste, puis il est venu s’excuser à la clinique. Il m’a dit que quand il m’a vu, c’était trop tard. »

Autorisé à prendre le départ de la dernière manche, il n’a fait que quelques kilomètres avant de rentrer en piste. Son épaule gauche le faisait trop souffrir. « Je n’en étais pas capable. Plus que de la douleur, je n’avais pas de force et j’ai préféré arrêter immédiatement avant de faire des dégâts. Même dans les lignes droites je ne pouvais pas tenir la moto. » Une sage décision, mais qui constitue son troisième résultat blanc en trois courses.

Pendant ce temps, Jonathan Rea a enchaîné les réussites (1er/1er/2e) et se retrouve seul en tête du classement, avec 81 points d’avance sur son rival Espagnol. « Mathématiquement ce n’est pas terminé, note-t-il, puisque 248 points restent à prendre, Mais il est aussi vrai que Rea pourrait se contenter de faire 2e même si je gagnais toutes les courses. Le championnat n’est plus entre mes mains. La seule chose que je puisse faire est gagner autant de courses que possible. Mais je ne suis plus en train de penser au titre. »

Pourquoi tombe-t-il autant ?

Alvaro Bautista est tombé 5 fois lors des 9 dernières manches disputées. Et si l’on excepte l’erreur de Donington sur le mouillé, il ne comprend pas ses autres chutes. « Peut-être qu’au début de la saison nous ne nous attendions pas à gagner autant, mais je ne pensais pas non plus finir la saison ainsi. Je n’ai aucune explication pour ce qu’il m’arrive. C’est difficile à comprendre. »

Un problème psychologique ? « Non, ce n’est pas dans ma tête parce que je suis toujours rapide. Je l’étais ici. J’étais calme en première manche, je ne poussais pas. » Alors sur la Ducati ? « Ce n’est pas non plus une limite sur la moto. Comment puis-je l’expliquer ? C’est noir ou blanc parce que je ne chute jamais pendant les essais, je ne chute qu’en course. Et c’est étrange parce qu’aux essais, je pousse encore plus. »

Le paddock WSBK a maintenant près de 2 mois de repos avant de reprendre la piste début septembre au Portugal. « Le plus important est de me remettre physiquement, déconnecter et partir en vacances. Ensuite nous allons reprendre confiance avec la moto. » Rendez-vous le week-end du 8 septembre sur l’Autódromo Internacional do Algarve.

SBK Laguna Seca : L’ESSENTIEL à retenir

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

2
Poster un Commentaire

2 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
0 Auteurs du commentaire
  S’abonner  
le plus récent le plus ancien le plus populaire
Notifier de

[…] pour ce qu’il m’arrive. C’est difficile à comprendre », a déclaré l’Espagnol (lire ici). Jonathan Rea s’en étonne également […]

[…] difficultés sont apparues sur la Ducati, et la signature de son contrat pour 2020 tarde à venir. « Le championnat n’est plus dans mes mains », […]