Andrea Iannone suspendu 18 mois



La décision de la Cour internationale discipline de la FIM est tombée : contrôlé positif à une substance interdite par l’Agence mondiale antidopage, Andrea Iannone écope de 18 mois de suspension. Cette dernière est effective depuis le 17 décembre 2019 et prendra fin le 16 juin 2021.

Attendue depuis plusieurs jours, la décision de la Cour disciplinaire internationale de la Fédération internationale de motocyclisme (CDI) a été rendue ce mardi 31 mars. Et les nouvelles ne sont pas bonnes pour Andrea Iannone, qui sera suspendu pour une durée de 18 mois.

Contrôlé positif à un test antidopage le 3 novembre 2019, en marge du Grand Prix de Malaisie, Andrea Iannone s’était rendu devant les juges de la CDI pour défendre son cas début février. Objectif : prouver que la prise du produit interdit, de la famille des stéroïdes anabolisants, ne fut pas volontaire – consommation d’une viande asiatique dopée pour accélérer sa croissance.

Sa défense avait alors fourni un nouvel élément : les résultats d’un test capillaire montrant qu’aucune substance dopante n’était présente dans son corps en septembre 2019. De quoi prouver, sinon son innocence, au moins sa bonne foi lorsqu’il affirme que la prise du produit fut étrangère à sa volonté.

L’explication de la consommation alimentaire a été acceptée par la FIM, mais le code de l’Agence mondiale antidopage affirme que « un test capillaire ne devrait pas être considéré comme une alternative à une analyse urinaire », et qu’un résultat négatif à un test capillaire ne contre-indique pas un résultat positif à un test urinaire. Le cas Iannone n’a vraisemblablement pas fait exception à la règle.

La suspension du pilote Aprilia a pris effet dès le mardi 17 décembre 2019, jour où elle a été annoncée de manière provisoire, et va jusqu’au mercredi 16 juin 2021. Andrea Iannone ne pourra donc pas participer à la saison 2020, ni à une bonne partie de la saison 2021.

Il reste à l’Italien la possibilité de faire appel auprès du Tribunal arbitra du sport (TAS), dans les 21 jours qu suivent la réception de la décision. Son test capillaire négatif, ainsi que le fait que l’explication d’une contamination alimentaire soit acceptée, peut faire espérer une levée de la suspension. « Il y a huit cas d’athlètes dont les tests capillaires étaient aussi négatifs. Ils ont tous fait appel devant le TAS après avoir perdu en première instance, et ils ont gagné. De ce que j’en sais, tous ceux qui ont présenté ce type de test ont gagné », assurait, mi-février, le PDG d’Aprilia Racing, Massimo Rivola.

Communiqué de la Fédération internationale de motocyclisme (FIM ) :

« La Cour internationale disciplinaire de la FIM (CDI) a rendu le 31 mars 2020 une décision imposant 18 mois de non-qualification pour le pilote MotoGP italien Andrea Iannone, débutant le 17 décembre 2019 (date effective de la suspension provisoire) et se terminant le 16 juin 2021.

À la suite d’un contrôle de routine en compétition, lors du Championnat du Monde FIM des Grands Prix à Sepang (Malaisie), le 3 novembre 2019, M. Andrea Iannone a été testé positif à une substance prohibée par l’AMA (Agence mondiale antidopage), la Drostanolone metabolite 2α-methyl-5α-androstane-3α-ol-17-1, figurant au chapitre S1, « Agents anaboliques » 1. « Stéroïdes androgènes anaboloiques » (AAS), a. « AAS exogènes » dans le Code antidopage de la FIM.

À la suite du contrôle, M. Iannone a été provisoirement suspendu par la FIM à partir du 17 décembre 2019.

Une audience sur le fond par la CDI a eu lieu à Mies (Suisse), le 4 février. À la fin de la séance, la CDI avait décidé de suspendre sa décision en attendant de pouvoir examiner de nouvelles pièces (28 février 2020).

M. Iannone est disqualifié de la 18e manche du Championnat du Monde FIM des Grands Prix 2019, qui s’est tenue du 1er au 3 novembre à Sepang (Malaisie) et de la 19e manche, qui s’est déroulée du 15 au 17 novembre à Valence (Espagne) avec toutes les conséquences qui en résultent concernant les points, les récompenses et les médailles.

Un appel peut être interjeté auprès du Tribunal arbitral du Sport, à Lausanne (Suisse), dans les 21 jours qui suivent la réception des motifs de la décision, conformément à l’Article 13.7 du Code FIM antidopage. »

Informations concernant le coronavirus et les consignes sanitaires à respecter disponibles ici

Iannone : « Je n’aurais pas dû quitter Ducati »

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

6
Poster un Commentaire

6 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
1 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
0 Auteurs du commentaire
  S’abonner  
le plus récent le plus ancien le plus populaire
Notifier de

[…] à 18 mois de suspension, pour un contrôle positif à une substance interdite en novembre 2019 (détails ici). Une décision qui laisse son constructeur, Aprilia Racing, en plein […]

[…] La Cour internationale discipline de la Fédération internationale de motocyclisme (FIM) a condamné Andrea Iannone à 18 mois de suspension, pour un contrôle positif à une substance interdite en marge du Grand Prix de Malaisie 2019 (détails ici). […]

[…] La Cour internationale discipline de la Fédération internationale de motocyclisme (FIM) a condamné Andrea Iannone à 18 mois de suspension, pour un contrôle positif à une substance interdite en marge du Grand Prix de Malaisie 2019 (détails ici). […]

[…] pour un contrôle positif à une substance interdite en marge du Grand Prix de Malaisie 2019 (détails ici). Cela signifie qu’il ne pourra pas disputer un Grand Prix avant le mois de juin […]

[…] pour un contrôle positif à une substance interdite en marge du Grand Prix de Malaisie 2019 (détails ici). Dans le même temps, cette décision s’accompagne d’une acceptation, de la part des juges, […]

[…] pour un contrôle positif à une substance interdite en marge du Grand Prix de Malaisie 2019 (détails ici). Mais dans le même temps, cette décision s’est accompagné d’une acceptation, de la part des […]