Aragon, Dovi : « Ce qui est arrivé à Quartararo confirme que tout peut arriver »



Septième du Grand Prix d’Aragon, Andrea Dovizioso était en retrait par rapport aux leaders mais reste à 15 points de la tête du championnat. Il espère de meilleures températures le week-end prochain, et ne se donne pas pour vaincu dans une saison où « tout peut arriver ».

Difficile d’être satisfait de finir 7e quand on joue le titre mondial, mais Andrea Dovizioso n’avait pas que des raisons d’être déçu au soir du Grand Prix d’Aragon. Qualifié 13e lors d’un week-end où les pilotes Ducati ont souffert des conditions de roulage (vent et températures basses aux essais), l’Italien s’est immédiatement hissé dans le top-10, où il est resté du début à la fin de la course. Les leaders étaient inaccessibles, mais il remporte la bagarre du groupe dans lequel il était, après de multiples passe d’armes avec Cal Crutchlow. C’est aussi le premier Ducatiste à l’arrivée.

« Nous avons beaucoup souffert ce week-end, je suis parti 13e mais au final je suis toujours en vie pour le championnat, résume-t-il. Pendant la course j’ai survécu, j’ai fait un bon départ, j’étais régulier. Je suis content parce qu’en Aragon, si tu pars 13e c’est très difficile de remonter, on ne peut pas trop pousser sur les pneus. Nous devons être contents de ça, mais nous avons besoin de quelque chose en plus pour le week-end prochain », souligne-t-il. Les pilotes MotoGP retournent au Motorland Aragon pour une deuxième épreuve sur la piste espagnole, renommée Grand Prix de Teruel.

Désormais pointé à 15 points de la tête du championnat, Andrea Dovizioso estime qu’il a lui falloir « franchir un cap » pour se battre pour le titre. Pour l’heure, il assiste, impuissant, à la prise de pouvoir de Joan Mir, qu’il désignait déjà comme l’homme à vaincre après le Grand Prix de Catalogne (lire ici). « Avant Le Mans, je pense que Mir était déjà le plus fort parce qu’il était plus régulier que tout le monde. C’est vrai que Quartararo a gagné plus de courses et c’est important, mais au final, si vous regardez chaque Grand Prix, les Suzuki sont toujours là en fin de course. Et c’est très important pour marquer des points pour le championnat. Ce sera très dur de se battre avec eux, mais ce qu’il est arrivé à Quartararo en Aragon est une autre confirmation que tout peut arriver chaque semaine. »

Pour reprendre des couleurs, le vice-champion du monde compte sur des températures plus élevées en Aragon le week-end prochain. Le froid des derniers jours a pénalisé les pilotes Ducati, handicapés par une Desmosedici impossible à exploiter dans ces conditions. Il pointe aussi le besoin de mieux se qualifier pour ne pas perdre le contact avec le bon wagon du peloton.

« C’est difficile parce que comme à chaque double-course cette saison, les concurrents progressent beaucoup, mais je crois que si nous avons un week-end plus chaud nous avons un peu plus de marge de progression qu’eux. Nous ne pouvions pas vraiment travailler ce week-end, car trois des séances d’essais libres étaient trop froides et dans ces conditions nous détruisions le pneu avant tendre. Nous ne savons pas pourquoi, mais par rapport aux autres, les pilotes Ducati détruisent le pneu et nous n’avons pas vraiment de chance de travailler. Nous avons commencé à travailler en FP4, et si le week-end est plus chaud il y a quelques virages où j’étais lent et où je peux être meilleur. Ça, et je dois partir plus devant. Il sera très important de partir de l’une des deux premières lignes. Mais avant nous devons être plus rapides à certains endroits parce que je perdais beaucoup en début de course. »

Pour progresser, Andrea Dovizioso va notamment utiliser les données de Johann Zarco ; le Français a fait la course avec un pneu tendre à l’arrière, alors que lui est parti avec le medium. Une chose qui pourrait changer au Grand Prix de Teruel.

« Peut-être n’avons nous pas choisi le bon pneu arrière, parce qu’au final c’était une course chaude et le pneu soft marchait mieux qu’aux essais. Ils ne se sont pas trop usés, comme aux essais, et nous avons perdu dans les 5 derniers tours. C’est une information importante, en particulier parce que Zarco a roulé avec le pneu soft, donc nous avons ses données pour analyser et comprendre la manière dont il a roulé et comment le pneu a fonctionné. Les pneus Michelin sont très sensibles à la température et nous devons être bons dans ce domaine pour prendre la bonne décision le week-end prochain. »

Une possible ‘erreur’ dans le choix de ses pneus, mais pas non plus le sentiment que cela a chamboulé son résultat final. « Je pense qu’avec le choix de pneus que j’ai fait, je pouvais au maximum finir deux positions de mieux, pas plus », juge l’actuel numéro 4 mondial.

Championnat MotoGP après Aragon :  1. Mir 121 pts, 2. Quartararo 115 pts (-6), 3. Viñales 109 (-12), 4. Dovizioso 106 (-15), 5. Nakagami 92 (-29), 6. Morbidelli 87 (-34), 7. Rins 85 (-36), 8. Miller 82 (-39), 9. Espargaro 77 (-44), 10. Oliveira 69 (-52)… Classement complet ici

Aragon, Quartararo (18e) : « L’avant était incontrôlable »

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de

Facebook

Applications

Disponible sur Google Play
Disponible sur Apple App Store