Aragon : La pire course de Rossi à la régulière



Valentino Rossi a battu un record personnel en Aragon, mais dans la mauvaise direction. En terminant 19e, le Docteur a obtenu le pire résultat de sa carrière à la régulière. Il fallait remonter au Grand Prix d’Argentine 2018 pour le voir franchir une arrivée aussi loin, mais il avait été victime d’une chute, percuté par Marc Marquez.

Avant-dernier (21e) sur la grille, passé par Jake Dixon au premier tour, il a repris son coéquipier du week-end après quelques kilomètres, Alex Marquez au profit de sa chute, puis Luca Marini peu avant la mi-course. Le 18e, Maverick Viñales, termine 5,3 secondes devant lui. Le 10e, Takaaki Nakagami, à une quinzaine de secondes. Et le vainqueur, Francesco Bagnaia, à 32,5 secondes.

« Ce fut une course difficile à l’issue d’un week-end difficile, a-t-il résumé dimanche soir. J’espérais me battre pour les points et rester dans le top-15, mais avec le pneu tendre j’ai dû faire attention aux pneus sur les premiers tours. J’ai essayé de ne pas trop les exploiter, avec le rythme suffisant, mais ça n’était pas assez. (…) Il fallait utiliser le pneu tendre, parce qu’avec on allait plus vite. J’ai piloté avec beaucoup de douceur, mais quand tu es aussi loin derrière, c’est difficile de remonter sans user les pneus. Et il s’agit d’une piste difficile pour Yamaha. »

Sa contre-performance n’a toutefois pas éclipsé la joie ressentie pour son ami et poulain Francesco Bagnaia, membre de la VR46 Riders Academy et vainqueur pour la première fois de sa carrière en MotoGP. Une partie du point presse de Valentino Rossi, « très heureux » pour lui, a tourné autour du succès de Pecco.

« La première victoire en MotoGP est inoubliable, et cette victoire, en se battant jusqu’au dernier virage, a été fantastique. Il pilote la Ducati superbement bien. Samedi j’ai essayé de l’hypnotiser en répétant constamment ‘dur, tendre’, parce qu’il prend parfois des décisions de pneus peu ordinaires, a-t-il plaisanté. Je me sens fier, car nous l’avons sorti de la Moto3 et l’avons aidé à arriver à ce niveau. Le destin est entre ses mains, mais nous sommes contents de ce qu’il a fait, et aussi car il est italien. »

« La course de Pecco vaut un 10 : il est parti depuis la pole, est resté en tête et gagné en se battant jusqu’au dernier tour, poursuit-il. Il ne lui a manqué que le meilleur tour en course. Nous sommes tous très, très contents, Uccio, Albi et moi. Nous sommes fiers de l’avoir mené à ce niveau. À la fin de l’année, je me retirerai et je laisserai Pecco et Franco (Morbidelli), deux des pilotes les plus forts de la grille. L’un est sur Yamaha, l’autre sur la Ducati officielle. C’est beau, je prendrai du plaisir à les suivre et je les supporterai. »

Le résumé de la course ici, le classement du championnat de ce côté. Pour soutenir notre travail, c’est par là.

Intrigue autour des sponsors de la VR46

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments

[…] Aragon : La pire course de Rossi à la régulière […]