Aragon, Mir enrage : « Nous avions la vitesse pour le podium »



Un souci aux freins a empêché Joan Mir de faire la course qu’il souhaitait en Aragon. Sans cela, il est convaincu qu’il pouvait se battre « pour le podium, ou au moins dans le top-5 ».

À domicile et sur une piste qu’il aime – il y a gagné en Moto3 en 2017 –, Joan Mir s’était qualifié 9e et espérait bien se hisser parmi les meilleurs. Des espoirs éteints dès les premiers kilomètres. « Quand vous ne pouvez pas freiner la moto dans les premiers tours, vous écartez et beaucoup de pilotes vous doublent. Ensuite je me suis touché avec Jorge Lorenzo, j’ai perdu un aileron et je suis allé dans les graviers dans le dernier virage. »

En sortant du 3e des 23 tours à parcourir, Joan Mir était 21e. Puis, il a commencé à trouver mon rythme et à reprendre pas mal de positions. Jusqu’à remonter 14e et ainsi ramener 2 points de son week-end aragonais. Il ne rentre pas chez lui bredouille, mais enrage car il pouvait faire bien mieux.

« C’est dommage, parce que je pense que nous avons fait un grand pas en avant ce week-end. Nous avions le rythme pour nous battre pour le podium, ou au moins le top-5, et cela n’a pas été possible à cause de ce problème au début. Il nous faut voir pourquoi c’est arrivé et résoudre cela en Thaïlande, parce que c’est ce qu’il nous manque pour nous battre pour le podium. Rien de plus. »

Si l’on regarde les données, Joan Mir n’avait pas le rythme pour le podium, mais plutôt pour le top-8 – même si une fois en course, le fait d’être dans le bon groupe permet aussi de gagner quelques dixièmes. On peut être certain qu’il aurait au moins terminé dans le top-10. Il est d’ailleurs arrivé à 2 secondes de Takaaki Nakagami, 10e, alors qu’il en comptait près de 7 de retard sur lui en début de course.

Concernant le souci rencontré sur sa Suzuki, il explique : « De tous mes dépassements en course, aucun n’était sur les freins. Sincèrement, nous devons résoudre ce problème si nous voulons lutter pour les positions que nous méritons. Le problème apparaissait surtout derrière les autres pilotes. En temps normal l’aspiration fait qu’il est plus difficile d’arrêter la moto, mais pas autant. Je ne sais pas si c’est le pneu avant ou autre, parce qu’en roulant seul j’étais rapide. »

En dépit de ce résultat mitigé, Joan Mir reste 13e au classement du championnat. Mais devant lui, Takaaki Nakagami (12e) a pris 19 points de marge. Et surtout, Aleix Espargaro (14e) est revenu à 3 points.

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires