Aragon, Quartararo (18e) : « L’avant était incontrôlable »



Un problème avec la pression du pneu avant a ruiné la course de Fabio Quartararo en Aragon. Le Français, arrivé 18e, a perdu la tête du championnat au profit de Joan Mir, mais reste au contact. Il va falloir résoudre ce problème technique pour repartir de l’avant au Grand Prix de Teruel, le week-end prochain.

Problème avec le pneu avant : « J’étais en forme pour me battre pour un bon résultat, mais la pression du pneu avant était totalement hors de contrôle, anormale. J’avais le rythme pour me battre pour le top-5/top-6, mais l’avant était hors de contrôle et nous ne savons pas pourquoi. »

« Le choix de pneus était bon parce que les trois premiers tours étaient parfaits, je me sentais bien et tout était OK. Le problème est qu’à partir du troisième tour, la pression était bien plus élevée que normalement. Si c’était ça après 3 tours et qu’il en restait 20, vous pouvez imaginer à quel point elle était élevée à la mi-course. C’était incontrôlable, tout était très sensible, je ne pouvais pas freiner ni tourner. C’est pourquoi je sortais large et je ne pouvais pas freiner. »

Des réponses à trouver : « Tout allait bien sur les trois premiers tours, je roulais en 1’48.6/1’48.5 et les sensations avec l’avant étaient meilleures (en medium) qu’avec le pneu soft. Puis la pression a grimpé et nous ne savons pas pourquoi elle a autant grimpé, normalement elle s’élève un peu mais pas autant. Nous devons comprendre quel était le problème. »

« C’est l’une des seules courses où je n’ai rien appris, parce que cela ne venait pas de mon style de pilotage, c’était un problème technique sur la moto qui m’a empêché d’aller vite. En général je n’aime pas me plaindre mais aujourd’hui c’était impossible à rouler. La semaine prochaine nous allons essayer de résoudre ce problème, mais le problème venait uniquement de la pression du pneu avant. Il nous faudra bien sûr trouver quelques améliorations, car tout le monde va progresser. »

La condition physique après la chute de samedi : « Physiquement je vais bien, j’avais plus de problèmes sur la moto. »

En lice pour le titre : « Les pilotes Suzuki vont très vite mais je pense que nous pouvons nous battre avec. Peut-être qu’en Aragon ce sera difficile, mais vient ensuite Valence où je suis normalement rapide. Au test de novembre (2019) nous avions le nouveau pneu et j’étais très rapide, mais nous avons besoin d’être intelligents lors de la prochaine course. Il sera important de ne pas perdre de points, et même d’en récupérer. Ce ne sont que 6 points de retard (sur Joan Mir) et nous pouvons nous battre pour un bon résultat. »

Ça aurait pu être pire si Mir avait gagné : « Je suis évidemment content que Rins ait gagné aujourd’hui, comme pour Petrucci au Mans, mais au final l’important est aussi notre résultat. Aujourd’hui ça a été un désastre, et c’est triste à dire mais cela aurait pu être pire. Dans les moments négatifs nous devons penser aux petites choses positives, et aujourd’hui c’est que les deux Alex ont terminé devant Joan. Au final la pression n’est pas vraiment sur moi : j’étais leader mais mon team a été créé l’an dernier, c’est ma deuxième année et je ne suis pas pilote d’usine. La pression est sur les pilotes d’usine. Je me sens bien, ça a juste été une course difficile avec un problème technique. »

Ce que ses adversaires avaient en plus : « Le pilote qui m’a impressionné est Alex Marquez. Quand vous faites un podium vous prenez toujours de la confiance pour aller plus vite, et Alex a décroché un podium sur le mouillé (au Mans), mais tout ce qu’il a fait en course représente un grand pas en avant, et je ne m’attendais pas à autant de progrès. C’est un grand pas en avant et cela faisait longtemps que je n’avais pas vu ça. »

« Les Suzuki ont une bien meilleure constance avec les pneus que nous. Nous avons un petit plus dans les premiers tours, mais aujourd’hui Rins était si rapide. S’ils trouvent du grip d’entrée, dès le premier tour, ils sont très rapides. Ils sont un peu plus de vitesse que nous en ligne droite mais je pense que globalement, c’est sur la constance du pneu arrière. »

Championnat MotoGP après Aragon :  1. Mir 121, 2. Quartararo 115 pts (-6), 3. Viñales 109 (-12), 4. Dovizioso 106 (-15), 5. Nakagami 92 (-29), 6. Morbidelli 87 (-34), 7. Rins 85 (-36), 8. Miller 82 (-39), 9. Espargaro 77 (-44), 10. Oliveira 69 (-52)… Classement complet ici

Aragon, Championnat : Mir prend les rênes à Quartararo !

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

4
Poster un Commentaire

4 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
0 Auteurs du commentaire
  S’abonner  
le plus récent le plus ancien le plus populaire
Notifier de

[…] l’année en tant que nouveau leader du championnat, grâce aux déboires de Fabio Quartararo (explications ici). Le pilote Suzuki espérait gagner mais se satisfait d’avoir « d’avoir marqué plus de […]

[…] Aragon, Quartararo (18e) : « L’avant était incontrôlable » […]

[…] Chute le vendredi matin, deuxième chrono le vendredi après-midi, chute le samedi matin, pole position le samedi après-midi, difficultés avec les pneus le dimanche matin, dix-huitième place en course le dimanche après-midi : Fabio Quartararo a vécu un Grand Prix d’Aragon fait de hauts et de bas, le week-end dernier. Celui-ci s’est mal terminé, la faute à un problème avec la pression de son pneu avant, « incontrôlable ». […]

Facebook

Applications

Disponible sur Google Play
Disponible sur Apple App Store