Argentine : il faut parler de la remontée de Rins



Qualifié 16e, Alex Rins est parvenu à terminer 5e du Grand Prix d’Argentine. Comme souvent, le pilote Suzuki s’est raté en qualif’ puis a fait la démonstration de son potentiel en course.

« Alex a fait de son mauvais samedi un bon dimanche » : ainsi résume Davide Brivio, team-manager d’Alex Rins, le Grand Prix d’Argentine de son poulain. L’Espagnol est passé de l’une des pires qualifications de sa carrière MotoGP (la pire depuis le GP d’Aragon 2017) à une superbe remontée, le conduisant jusqu’au top-5.

Auteur d’un bon départ, le pilote Suzuki a mis 5 tours à se hisser dans le top-10. Il est progressivement revenu sur les meilleurs, jusqu’à se porter à la 4e place. Il n’a cependant pas pu faire contact avec Andrea Dovizioso et Valentino Rossi, puis a finalement terminé 5e, battu sur le fil par Jack Miller.

« Ce fut une course incroyable, se réjouit Rins, Je n’ai fait aucune, ce qui est super au regard de l’état glissant et piégeux du circuit. J’ai vraiment besoin de progresser en qualification pour les prochaines courses, parce que ma position sur la grille m’a coûté cher. » Ce n’est en effet pas la première fois que Rins se manque en qualif’ et remonte, à l’image de son GP du Qatar (parti 10e, arrivé 4e).

« Ce résultat montre à quel point nous pouvons être compétitifs », approuve Davide Brivio. Pour 2019, Rins et Suzuki ont d’ores et déjà établi un objectif commun : remporter un Grand Prix. En attendant, le pilote espagnol se maintient à la 4e place du championnat.

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

3
Poster un Commentaire

3 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
2 Auteurs du commentaire
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
gv

Enfin un espagnol sans grosse tête, discret sympathique et rapide.

QDO

Sur ce GP il a été extraordinaire ! rapide, constant et pas de faute malgré une flopée de dépassements pas faciles vu le manque de puissance de la Suz’, le jeune a roulé comme un vieux !

[…] Argentine : il faut parler de la remontée de Rins […]