Assen, Zarco : « Dur de devoir abandonner »



Johann Zarco explique qu’il n’a pas franchi l’arrivée du Grand Prix des Pays-Bas car il était épuisé. Épuisé par sa KTM, qu’il en parvenait plus à contrôler sur une piste d’Assen exigeante.

L’abandon de Johann Zarco à Assen a surpris pas mal de monde, à commencer par ses patrons (lire ici). Le Français a finalement donné les détails de la situation, quelques heures après avoir rangé les gants.

Tout semblait pourtant bien lancé pour ‘Jojo’, qualifié 17e mais rapidement hissé au 10e rang. « J’ai bien commencé. Les 10 premiers tours étaient bons, j’avais un bon rythme, j’ai réussi à doubler certains adversaires, à gérer la moto et me maintenir 10e. » Puis, ce fut la dégringolade. En 6 tours, Johann Zarco est passé de la 10e à la 18e place, avant de ramener sa KtM aux stands. Pourquoi ? Voici ses explications :

« J’ai souffert tout le week-end pour contrôler la moto. Elle bougeait beaucoup, tous les pilotes ont ce problème ici. C’est pourquoi je n’ai pas pu faire plusieurs tours d’affilée lors des essais. Assen est une piste exigeante. J’ai eu le même problème aujourd’hui que lors des deux dernières années, mais cette fois c’était plus grave. Je dois compenser les défauts de la KTM et cela me fatigue.

J’ai souffert du bras droit en course. J’ai essayé de tenir la moto, mais j’ai commis des erreurs et perdu des positions. Je me suis mis à tourner plus lentement mais je n’arrivais plus à contrôler la moto. C’est pourquoi j’ai préféré rentrer aux stands, avant de commettre une grave erreur ou de provoquer un accident. C’est dur de devoir abandonner, je ne l’avais jamais fait auparavant mais là il le fallait. »

Pas d’opération de prévue

En attendant, le travail sur la KTM RC16 se poursuit. « Mais avec les mille modifications apportées, nous n’avons jamais trouvé les solutions, regrette-t-il. Ce n’est pas facile. Peut-être vaudrait-il mieux garder quelque chose de constant et travailler sur cette base. Ce n’est pas le travail d’un pilote d’usine que de déterminer ce que nous voulons. Là nous devons tester du nouveau matériel, et cela handicape notre préparation pour la course. »

La prochaine course, justement, sera le Grand Prix d’Allemagne, qui se déroulera au Sachsenring. « Une piste complètement différente nous attend. Je ne sais pas à quoi m’attendre là-bas, redoute-t-il. J’y trouverai peut-être moins d’inconvénients. Je souhaite pouvoir donner le meilleur en fonction de la situation, comme je l’ai fait ce week-end. J’espère y être plus détendu. Je veux vraiment finir la course. »

Quant à se faire opérer d’un éventuel syndrome des loges, il en veut pas y penser et assure que ce n’est pas là le problème : « Je ne subirai pas d’opération, ce n’est pas la solution. Je n’ai jamais eu ce problème auparavant. Fabio a subi cette opération, mais il est plus jeune. Je veux revenir au top, mais sans opération. »

Pit Beirer (KTM) : « Nous devons aider Zarco »

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

4
Poster un Commentaire

3 Fils de commentaires
1 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
2 Auteurs du commentaire
  S’abonner  
le plus récent le plus ancien le plus populaire
Notifier de
bicou

Pedrosa Bayle ??!! çà a l’air de bien fonctionner pour Zarco ))) fou moi tout ça dehors et change de crémerie
le GP c’est pour les nippons Ducat a fait illusion l »année dernière(et de belle manière) les Jap ont répondu.
ktm c’est une belle aventure mais pas un avenir, enfin se que j’en di !!!!

damien

la moto progresse mais est trop loin en perf pure pour rivaliser a l heure actuelle , il leur faudra encore quelques années mais a 29 ans johann ne les a pas devant lui avec des tels resultats on va l oublier… et son teams ne le félicite jamais . Certes ils le critiquent mais ses temps au tours en course sont équivalent a ceux de pol, donc la moto ils en font la meme chose sauf que pol en qualif arrive a se surpasser et claquer une pendule mais pas a la tenir en course, il part mieux classé… Lire la suite »

[…] Dimanche dernier, Johann Zarco a jeté l’éponge à Assen. Alors qu’il était 10e, le pilote KTM s’est effondré. Il explique avoir trop « souffert pour contrôler la moto. Elle bougeait beaucoup. J’ai essayé de tenir la moto, mais j’ai commis des erreurs et perdu des positions. Je n’arrivais plus à contrôler la moto. C’est pourquoi j’ai préféré rentrer aux stands, avant de commettre une grave erreur ou de provoquer un accident ». (lire ici). […]

[…] Assen, Zarco : « Dur de devoir abandonner » […]