Austin : Bagnaia remercie Miller, veut sourire malgré tout



Le Grand Prix des Amériques a sans doute vu Francesco Bagnaia perdre ses dernières chances de rattraper Fabio Quartararo au championnat. Devancé par le Français, il se satisfait néanmoins de sa troisième place, car il ne pouvait faire mieux. Et remercie Jack Miller d’avoir « fait quelque chose que peu auraient fait », en le laissant passer sans en avoir reçu l’ordre.

Vainqueur en Aragon et à Misano, Francesco Bagnaia espérait faire la passe de trois à Austin. Gagner pour gagner, mais aussi pour maintenir la pression sur Fabio Quartararo, alors 48 points devant au championnat. Le battre était sa seule chance de véritablement rester dans la course au titre. Mais le premier triplé Ducati depuis 2018 n’a pas eu lieu.

Auteur de la pole position, l’Italien s’est fait doubler par son rival français dès le premier virage, avant de perdre le contact avec lui au bout de quelques centaines de mètres. « J’ai senti que le pneu arrière n’était pas prêt, peut-être pas parfaitement chaud, donc j’ai attendu, a-t-il expliqué en conférence de presse. J’ai vu que Marquez et Quartararo étaient très rapides, alors que d’autres pilotes poussaient trop. J’ai attendu qu’ils s’usent, et ensuite j’ai commencé à pousser. »

Dans sa remontée, il a eu à doubler deux Ducatistes, Jack Miller et Jorge Martin. Le premier cité, qui est aussi son coéquipier, lui a facilité la vie en le laissant passer, quand il a vu qu’il était moins rapide. Le Ducati Lenovo Team ne le lui avait pas explicitement demandé. Et Pecco a apprécié le geste. « Je dois remercier Miller pour m’avoir laissé passer, il a fait un grand travail d’équipe. (…) Il a fait quelque chose que peu de personnes feraient. »

Troisième à l’arrivée, Francesco Bagnaia voit son retard sur Fabio Quartararo passer de 48 à 52 points. Sa médaille d’argent au championnat se sécurise, mais l’or est en train d’être perdu. Ce n’est cependant pas la raison de sa non-célébration à l’arrivée. L’Italien a souhaité rester discret en signe de respect pour la famille Viñales, une semaine après la disparition du jeune Dean Berta. Mais sa performance en elle-même le satisfait. « Je ne veux pas être déprimé, il faut être content quand tu as tout donné. Dimanche, mon potentiel était celui-là, les autres étaient meilleurs. Marquez était intouchable et Quartararo très rapide. »

Pas déprimé, non plus, parce qu’il sait que le titre ne s’est pas perdu à Austin, mais lors d’autres courses. Par exemple au Mugello, quand il a chuté alors qu’il était en tête. « Je ne vais pas me rendre, mais Fabio a fait un grand travail cette année. Il a été le plus rapide et le plus régulier en première partie de saison. Je sais où j’ai perdu les points qui me manquent, pour mes erreurs et mes problèmes, ça n’était pas aujourd’hui. »

52 points de retard, plus que 75 à distribuer : ses chances de succéder à Joan Mir au palmarès MotoGP sont désormais très faibles. Être battu par Fabio Quartararo au prochain Grand Prix le mettrait définitivement hors-jeu. « Je suis là pour essayer de réduire l’écart, même si je sais que c’est quasiment impossible. De ce point de vue, je crois que je suis plus tranquille que Fabio ; lui doit penser au championnat, alors que moi je veux juste être plus compétitif. Mais je ne vais pas prendre de risques comme l’a fait Aegerter avec Torres en MotoE, ajoute-t-il. Aussi parce que je ne suis pas à 7 points de lui, mais à plus de 50. »

Les résultats de la course ici, le classement du championnat .

✪ GP-Inside continuera à vous informer grâce à vous, abonnés ! Soutenez-nous pour 2€/mois (25€/an), accédez à tous les avantages (intégralité du contenu, concours-cadeaux…), renforcez l’indépendance de notre petite équipe (100 % sans pub en Premium) et participez au succès d’un média moto à votre service. Merci ! Devenir Premium

Austin, Quartararo (2e) : Un podium taille champion

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
S’abonner
Notification pour
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

[…] a agi en bon coéquipier, mais selon sa propre volonté. Ce que Francesco Bagnaia a apprécié, le remerciant une fois le drapeau à damiers franchi d’avoir « fait quelque chose que peu de personnes […]