Australie : Fallait-il rouler ? L’avis des pilotes



Les qualifications du Grand Prix d’Australie ont été annulées et reportées à dimanche (lire ici). Après la chute de Miguel Oliveira, les pilotes ont jugé qu’il était trop dangereux de rouler avec un vent si fort. Voici quelques témoignages rassemblés.

Alex Rins : « Quand je roulais seul, le vent était pire qu’en FP3 mais ça passait. Mais peut-être qu’en groupe, c’était encore pire et plus dangereux. En qualification on essaie de rouler seul, le plus difficile aurait été en course… Si nous partons à 22 tous ensemble, cela pourrait être vraiment dangereux avec ce vent. »

Andrea Dovizioso : « Malheureusement, cela arrive souvent qu’il y ait beaucoup de vent ici, et c’est le pire circuit pour le vent parce qu’on doit être sur l’angle à peu près partout, donc il faut gérer la moto avec tout ça. La force du vent posait problème, et ce qui était encore pire, c’est qu’elle n’était pas régulière. Je pense que c’était la bonne décision de ne pas faire la qualification. Le changement de programme est le même pour tous donc c’est ok, la différence est qu’il nous faudra être prêts d’entrée, mais le plus important c’est la météo. »

Fabio Quartararo : « Les conditions étaient très dangereuses. Je n’avais jamais roulé avec un tel vent. Presque toute la grille était d’accord que c’était mieux d’arrêter, et je pense que c’était la bonne décision. Je suis dernier sur la grille si elle est déterminée par les essais libres, donc j’espère que les conditions permettront d’avoir des qualifications demain. Je voulais vraiment une FP4 dans de bonnes conditions pour jauger mon niveau, mais c’était impossible. Mon feeling n’était pas bon parce qu’à chaque tour, il fallait changer son style de pilotage pour s’adapter à la météo. »

Jack Miller : « Je pense que la sécurité est la chose la plus importante. C’est pourquoi j’ai dis que la bonne décision avait été prise, car le vent était vraiment fort. Demain la météo devrait être meilleure, même si c’est toujours difficile de prévoir ce qu’il va se passer à Phillip Island. »

Johann Zarco : « C’étaient des conditions particulièrement piégeuses car le vent était extrêmement fort, je n’ai donc pas eu la possibilité de retrouver les limites et la confiance acquises depuis vendredi. Il y a néanmoins d’autres paramètres que j’ai pu emmagasiner avec plus de précision sur la Honda. Mes sensations étaient plutôt satisfaisantes sur la moto de course et j’avais le sentiment d’être un pilote normal. C’est donc une journée relativement constructive pour moi, bien que les qualifications aient été reportées,mais ce n’est pas un drame puisque j’ai pu couvrir quelques tours.

Je n’ai bien sûr pas été aussi rapide que je l’aurais souhaité mais le principal reste d’avoir accumulé un petit peu plus d’expérience. Je suis réellement navré pour tous les fans mais la Commission de Sécurité a indéniablement pris la décision la plus sage aujourd’hui. »

Marc Marquez : « Il y avait une petite chance de rouler, mais c’était très dangereux. Il y avait le vent, et avec la vitesse qu’on prend sur ce circuit… Ce sont des virages très rapides. Quand je roulais seul ça posait problème mais ça tenait. Mais il semble que quand les pilotes se doublaient, comme avec Zarco et Oliveira, on le sentait beaucoup plus. Donc pour des raisons de sécurité, nous avons décidé d’annuler. Demain est un autre jour et c’était seulement la qualification, donc c’est mieux de ne pas prendre de risques. »

Maverick Viñales : « Je pensais qu’il y aurait une petite possibilité de rouler, mais nous devons être intelligents et faire passer la sécurité avant tout. Dans ces conditions il était très facile de faire une petite erreur qui aurait causé beaucoup de dégâts. Ce n’est pas facile de rentrer dans le virage 1 à 340 km/h avec du vent. Donc la décision de la majorité a été d’annuler les sessions restantes. »

Mika Kallio : « Le vent soufflait si fort qu’il était difficile de rouler. Nous n’avons rien pu apprendre par rapport à hier. Au final, je pense que c’était la bonne décision d’annuler la qualification parce que, comme on l’a vu avec Oliveira, le vent pouvait vous faire sortir de la trajectoire et de la piste. Il faudra voir pour demain. Le vent devrait être plus faible et nous devrions pouvoir rouler. Nous pouvons rouler dans le froid et sous la pluie, mais avec le vent nous ne pouvions pas. »

Valentino Rossi : « Le problème est qu’aujourd’hui, le vent était trop fort et difficile à prédire parce que vraiment irrégulier. Le vent était agressif et nerveux, cela rendait les conditions de piste trop dangereuses. Phillip Island est très rapide, ce qui complique les choses. Nous avons tous parlé ensemble et décidé que c’était trop dangereux. Tout le monde s’attendait à ce que ce soit venteux, nous avons essayé en FP4 mais c’était vraiment dangereux. »

Fauché par le vent, Oliveira est « heureux d’être entier »

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de