Autriche, Bagnaia (2e) : « Je ne regrette rien »



Deuxième du Grand Prix d’Autriche, Francesco Bagnaia estime qu’il avait de la marge pour battre Marc Marquez sur le sec. Mais cette médaille d’argent était le meilleur résultat possible dans les conditions pluvieuses des derniers tours.

Leader sur le sec, podium sur le mouillé : « Ce n’était pas une course facile dès le départ, quelques gouttes de pluie tombaient et ce n’était pas facile de trouver le rythme, mais au fil des tours je m’améliorais. Puis ça a commencé à tomber plus fort et à ce moment-là j’ai décidé de laisser Marquez passer parce que je voulais voir ce qu’il ferait. Il est très bon dans ces conditions et quand il a décidé de s’arrêter je l’ai suivi, même si j’ai vu que beaucoup de pilotes restaient en piste avec des slicks. »

« Sur le sec je gérais parfaitement la course, j’avais une marge qui me permettrait de faire la différence dans les cinq derniers tours, mais ensuite il s’est mis à pleuvoir. Je suis content, je n’étais pas monté sur le podium depuis Jerez et sur ces deux week-ends nous avons mieux travaillé que jamais. »

Un dernier tour dingue : « Quand j’ai commencé le dernier tour je me suis énervé, parce que je ne voyais qu’un petit groupe de coureurs devant moi, je ne pensais pas qu’il y en avait autant. Quand j’ai commencé à les dépasser, entre les virages 6 et 7, j’ai commencé à les compter, mais j’ai dû en perdre quelques-uns car je pensais que j’étais quatrième et pas sur le podium (rires). »

Deuxième était le meilleur résultat possible dans ces conditions : « Je ne regrette rien. La vérité est que je ne pensais pas que quelqu’un avait décidé de rester en piste avec des slicks. Quand je suis rentré aux stands, j’ai pensé que j’avais pris la bonne décision, mais cela n’a pas beaucoup de sens d’y penser maintenant. Je pense que même si je n’étais pas rentré, je n’aurais pas pu rester devant Binder. »

« Avec les pneus pluie, la piste était très glissante et au début le freinage était plus difficile qu’avec les slicks pour une raison ou une autre. Binder était fou. Avant on pensait que Miller était le seul capable de prendre ces décisions, et maintenant Brad est là aussi ! (rires) »

À 47 points de Fabio Quartararo : « La situation est la même qu’avant (d’arriver à Spielberg), 47 points à récupérer c’est beaucoup. Il faudrait une autre course comme celle de dimanche pour se rapprocher de Quartararo. Fabio est fort, il fait une saison incroyable et même sur une piste comme celle-ci, où les Yamaha ont des problèmes, il était devant. Il mérite ce qu’il récolte. »

Direction la Grande-Bretagne : « Je sais que ce ne sera pas facile à Silverstone contre les Yamaha et les Suzuki, qui peuvent faire la différence, mais cette année, nous avons obtenu de bons résultats même sur des circuits où nous avions des problèmes. Ce résultat me donne plus de motivation pour gagner. »

✪ GP-Inside vous est utile ? Donnez-nous la chance de continuer à l’être en devenant Premium ! Soutenez notre travail, Gagnez nos concours, Accédez à tout notre contenu, Aidez-nous à nous passer de publicité et renforcez notre indépendance : Devenir Premium

Autriche, Quartararo (7e) : « J’avais beaucoup à perdre »

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments